article comment count is: 0

Université Lumière de Bujumbura : « Qu’est-ce qui cloche avec la faculté de Génie civil ? »

En 2014, après seulement 10 mois d’études, le département de Génie Civil de l’Université Lumière de Bujumbura, alors qu’il venait d’être inauguré, s’est vu refuser par le Ministère de tutelle l’autorisation temporaire de continuer faute d’agrément. Mais les inscriptions et les cours ont continué…au grand malheur des lauréats, qui ne savent plus à quel saint se vouer et multiplient grève sur grève pour avoir leurs diplômes.

Un mouvement de grève est apparu dans la matinée de ce jeudi 22 mars à l’Université Lumière de Bujumbura mené par des étudiants finalistes de la 1ère promotion en Génie civil, paralysant ainsi toute la journée les activités à ladite Université. Vendredi matin, ces mêmes étudiants sont revenus mais avec moins de chance car la police était déjà sur les lieux. Formellement, plus de 70 étudiants finalistes ont écrit à plusieurs reprises des lettres à la direction de l’Université « pour réclamer justice », lesquelles correspondances, selon un étudiant, ont toujours été répondues par des promesses de rendez-vous jamais tenus par la direction.

La frustration des malheureux étudiants les a alors conduits à sortir leurs condisciples des salles de cours, ce qui n’a pas manqué de paralyser les travaux de l’Université. « Nous ne savons pas quoi faire, nous sommes au bout de nos études, nous payons les frais de scolarité, mais ça semble se compliquer davantage. Devant nous, encore deux promotions sans issue concrète. Nous allons attendre à notre tour ce que va nous dire le délégué », confient, très inquiets, Joëlle et Abdul (pseudos), deux étudiants en Bac 3 de la 3e promotion en Génie civil.

Sur la radio Isanganiro, le Recteur de l’université Lumière de Bujumbura a demandé à ses étudiants d’être patients car « dans l’administration, tout doit être fait dans l’ordre et suivant les normes », reconnaissant que « les procédures au niveau du Ministère peuvent parfois être longues ».

Pour rappel, en 2014, Dr. Gérard Nkunzimana, alors Recteur, a avoué qu’«une forte sollicitation des étudiants a poussé l’université à ouvrir un département sans autorisation préalable du Ministre ». Malheureusement, jusqu’à maintenant, les lauréats de cette faculté n’ont aucun document officiel attestant leurs études.

Mais la 1ere, 2e, 3e et maintenant la 4e promo sans agrément ?

Pour cette nouvelle année académique qui vient juste de commencer, la faculté de Génie civil est encore disponible d’après la banderole d’annonce à l’entrée de l’Université Lumière de Bujumbura.

Une situation beaucoup plus confuse, certains se demandant comment l’administration universitaire peut continuer à inscrire de nouveaux étudiants sans document officiel du Ministre qui reconnaît cette nouvelle faculté.

La pire crainte : certainement que des aspirants ingénieurs ne vont pas se passer de cette chance, en ignorant qu’ils courent peut-être à la catastrophe.

 


A relire:

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.