article comment count is: 3

Et si le Burundi était une femme ?

…et notre classe politique des prétendants ?


Quand je me suis levé ce matin, j’ai surfé sur Twitter et cette idée a fait « pop » dans ma tête : et si le Burundi était une femme ? Pour ce que j’en pense, s’il l’était, il serait bien que cette « femme » consulte un conseiller en relations Humaines ! Cela peut bien sembler être une opinion bien radicale, mais croyez-moi il y a de quoi. Dans mon imagination, elle serait comme ces dames qui sont magnifiques et qui font baver tout le monde mais qui ont aussi pas mal de soucis à régler avant d’être dans une relation durable (ou stable du moins !). Oui, le Burundi serait une tombeuse ! Tant elle a (et a eu) des prétendants qui se disputent ses faveurs. Quant à ces enfants (oui, elle en a), ces derniers ne sont pas en reste quand il s’agit de mettre de leur grain de sable dans les relations de leur mère.
Le fait est que, pour lui ravir son cœur (le Burundi), il faudrait trouver la juste balance avec un prétendant qui ne lui veut que du bien à elle et ses enfants, mais il faudrait aussi que les enfants puissent entretenir une relation de confiance avec le « nouveau » compagnon de leur mère. Et au regard de ce qui se passe depuis près de 25 ans, on ne peut pas dire que c’est de tout repos avoir une relation avec « Elle ».

Les prétendants, entre guéguerre et bonne intention

Comme toutes les belles femmes, le Burundi a une histoire qui a fait d’elle ce qu’elle est maintenant. Cette histoire est faite d’hommes qui se sont battus pour « elle ». Du sang a été versé pour « elle» ! De l’amour quoi ! Tous ces hommes ont fait ce qu’ils pensaient être justes pour « SON » bien. Cependant, comme dans toutes les histoires où des hommes se battent pour les faveurs d’une femme, les enfants de cette magnifique femme en ont fait les frais.
On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Certes ! Mais là, on est à deux doigts de donner dans le romantisme de mauvais goût ! Je n’en doute pas une seconde qu’ils aiment le Burundi. Ceci dit, entre un prétendant constamment sur la défensive et d’autres qui ne sont pas vraiment prêts à assumer pleinement leur statut de prétendant, je ne vous fait pas dire comment l’atmosphère peut être pesante pour les enfants du Burundi.
Il n’y a qu’à voir les « échanges pleins de mots doux » que nous trouvons sur Twitter quand tu utilises le #Burundi. Le triste résultat est : des enfants qui s’entredéchirent pour des enjeux bien trop grands pour eux. De toute façon, tout le monde n’est pas appelé à prétendre à la main du Burundi.

Les enfants, parties prenantes ou victimes ?

J’ai entendu dire une fois que si l’on veut plaire à une femme, il faut commencer par conquérir les enfants. Ce n’est pas moi qui vais dire que cela est faux ! Sauf que là où le bât blesse, les « enfants » ne devraient pas entretenir ce déchirement ! Nous ne devrions pas se battre pour les faveurs de tel ou tel « Futur » beau-papa ! C’est un peu comme si on avait peur que le nouveau « partenaire de maman » ne nous aime pas.
L’idéal serait bien sûr de ne pas subir le déchainement de ceux qui font la cour au Burundi, mais aussi de ne pas faire les sales gosses parce que nous avons besoin de quelqu’un pour décider en « bon père de famille ». Nous nous devons de rester unis pour formuler de manière concrète ce que nous attendons de ceux qui veulent notre « Mère »
Pour finir, Si le Burundi était une femme, il serait avisé de sa part de vider son placard et d’aplatir les différends entre ses enfants pour mieux se concentrer sur le choix de son partenaire. Sinon, elle pourrait bien finir seule malgré tout l’amour qui lui est porté par tous ! Les sales gosses y compris !


A relire:

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. L’espace que l’on appelle Afrique est une femme, car elle engendre les Africains. L’Espace que l’on appelle Burundi est une Femme aussi car elle engendre les Barundi. Dans la pensée africaine et burundaise, qui est UNIVERSISTE ( C’est l’UNIVERS, la NATURE qui nous dit -LA VERITE- ), c’est à dire se penchant sur les loi de l’Univers, toute chose a un genre ( soit masculin/homme ou féminin/femme ). En effet, l’ESPACE qui engendre quelques choses est FEMININ. Donc le Burundi est une FEMME. Ainsi votre SI n’est pas un SI c’est la VERITE.

    1. Bonjour, Non cher ami le Contenu ne manque point de Maturitré, l auteur de ce texte a écrit avec ses tripes! ce n est pas une simple histoire…puisque il s agit de la racine même de ces Barundais : autour de leur pays le Burundi. Parlant toujours dans un langage : ce Burundais est profondément Burundais

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.