article comment count is: 0

Adieu Mowzey Radio, tu pars trop tôt

L’artiste ougandais Moses Nakintije Ssekibogo connu sous le nom de scène de Radio s’est éteint ce 1er février des suites d’un traumatisme crânien. Son décès laisse plusieurs millions de fans dans une immense affliction, même à Bujumbura. Le blogueur Aminadab Havyarimana lui rend hommage.

Il est 13h, heure de Bujumbura…. 14h, heure de Kampala…. Cher Moses Nakintije, en ce moment où je rédige ces lignes, ils sont des milliers de chanceux à pouvoir te contempler pour la dernière fois pendant cette messe pour ton requiem à la Cathédrale de Rubaga… J’aurais aimé être chez toi hier soir, à Makindye, pour cette veillée afin de te pleurer avec les tiens, le peuple ougandais et ses amis. Ils auront aussi la chance de te rendre tes derniers hommages si mérités et pourront t’adresser leurs derniers adieux au « Kololo Airstrip» et enfin t’accompagner à ta dernière demeure à Kagga Village-Nakawa au District de Wakiso… !

Je nourris l’espoir que ces larmes qui mouillent mon clavier n’éteindront pas la machine et me permettront de terminer cette rédaction… Je ne parloterai pas aujourd’hui, nous sommes des millions réduits au silence et seul le Tout-Puissant qui sonde les cœurs sait la profondeur de notre affliction.

C’était jeudi à 8h 48min quand la nouvelle est tombée dans mon téléphone : Désiré Niyongere, témoin de combien je suis obsédé par ta musique et t’aime d’un amour incommensurable, l’a su avant moi… !! En kirundi, il m’écrit : « Wamenye ko ngo yapfuye n’ukuntu wamukunda ?/ Aurais-tu appris son décès, celui que tu adorais ?» Ce texto légendait ta photo qu’elle m’envoyait via WhatsApp… je n’en revenais pas, j’ai failli m’évanouir… La suite sera racontée par ma femme que j’ai dû fuir chemise mouillée de larmes… En kirundi, nous aimons dire « Amosozi y’umugabo atemba aja mu nda »/ Les larmes d’un homme coulent en son intérieur, les miennes ont débordé.

Oui, cher Radio, tu l’ignorais, mais tu as fait mes plus beaux moments seul comme en compagnie, dans ma chambre comme ailleurs… Je me souviendrai toujours de votre dernier concert à Bujumbura, un vendredi le 21 mars 2014… j’étais encore étudiant à l’université et la zone Nyakabiga et les parages n’oublieront jamais comment ton duo (Goodlyfe-Radio & Weasel) et d’autres musiciens devenus vos acolytes avez soulevé la ville et fait craquer les murs du Lycée Scheppers… ! Je me remémore toujours ces beaux morceaux comme « Potential », « Nyumbani », « Ngenda maaso » et bien d’autres que vous avez joués cette soirée en passant par le plus populaire « Bread and Butter »… Beaucoup se souviennent de comment tu essayais, dans un « français approximatif», de jouer l’interprète quand Weasel adressait un message en anglais à la foule noyée dans le charme de vous voir jouer sur cette scène élevée en splendeur vespérale… Les réclamations du public qui ne voulait pas que vous quittiez la scène ont fait la légende de l’année… et le tweet que vous avez lâché le lendemain à 12h53min était un témoignage de l’amour qui vous avait emmenés jusqu’au Burundi : « Thank you Burundi. We enjoyed performing for you tonight/ Merci Burundi. Nous avons aimé jouer pour vous hier soir ».

Dans nos mémoires, à jamais

Tu sauras que pour moi tout n’était pas fini, cher Nakintije, car l’occasion que j’ai eue en 2015 de visiter ton pays m’a permis de fouler du pied le sol de ta ville natale : Jinja… ! Mon ami Khamutima Tumwebaze dira à ses compatriotes ougandais et tes amis combien je le harcelais avant de m’accompagner jusqu’à Jinja, sur les rives du Lac Victoria. Je vois comme si c’était hier quand nous nous sommes embarqués à bord d’un bus reliant Kampala-Jinja. Traversant Mukono à la tombée de la nuit, le bus roulant à grande vitesse à travers Mabira Forest (la forêt Mabira), je me souviens de notre traversée de Kayanja District et que c’est grâce à ce pèlerinage que j’ai découvert le fleuve Nil, à l’endroit que vous appelez Source du Nil, au sortir du Lac Victoria. Tout ce périple de 120km je l’ai fait pour découvrir où le Roi (comme plus d’un te nommaient avec raison « The King ») était né… C’était bien pour toi, cher Ssekibogo que je me faisais ce plaisir de voyager sur cette route que tu pratiquais sûrement souvent… !

En ce moment où ton départ prématuré m’afflige, tu emporteras cette sympathie et amour sans borne de tes fans à travers le monde… Je t’ai aimé, nous t’avons aimé par millions mais hélas nos mots ne peuvent pas te ramener en ce monde, malheureux nous serons contraints de vivre sans ta voix qui, il y a quelque temps, nous chantait « Sweet Lady »…. ! Mots et prières, actions et soins de qualité n’ont pas réussi à te ramener à la vie, Dieu seul sait pourquoi et qu’Il me garde de l’incriminer même si l’émotion m’y pousse… Il ne l’aurait pas accepté mais…, mystère, mon cher qui pars à 33ans, comme un certain roi que nous prions tous les jours… !! Tu aurais appris, dans ton coma, que votre Président, S.E Museveni, s’est enregistré en tête de ceux qui voulaient te revoir faire bouger Kampala et la région en débloquant 30 million de UG Shillings et bien d’autres comme ces médecins de Case Hospital qui avaient veillé sur toi depuis le fatidique jour… !

Tu as chanté la beauté, l’amour, les soucis, la vie des femmes et des hommes, tu as chanté nos « choses », nos secrets, nos vies et ta voix d’or touchait les cœurs dans toute leur diversité… Du simple paysan au président de la République en passant par le commerçant et l’intellectuel… ! Du simple laïc au Révérend prélat en passant par le choriste de la succursale comme celui de la cathédrale… !

Jamais je ne me souviendrai de toi une seule seconde sans larmes aux yeux, je sais que Weasel et Desire Luzinda ne regarderont « Tononya » sans pleurer et Dr. José Chameleone, ton tuteur, se meurt de chagrin de voir son protégé s’envoler plus que tôt… !!

Quant à moi, je compte sur mes amis ougandais à qui j’ai demandé de t’accompagner en ma place, ils l’ont appris à travers mon post facebook et essuieront mes larmes chaque fois que je passerai à Kampala… ! Je ne peux continuer, l’émotion m’étrangle… ! Requiescat in pace, Moses Nakintije Ssekibogo!!


A relire:

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.