article comment count is: 0

Burundi : après le mariage, la pression de procréer

Au Burundi, le mariage n’est qu’une étape car après, vient l’impératif de procréer. Si ce ne sont pas les parents des époux, les voisins, les amis, l’ensemble de la société s’y met pour « rappeler à l’ordre » les jeunes mariés qui, peut-être, prennent encore leur temps. « Mais ces derniers le veulent-ils pour autant ? », s’interroge le blogueur Fabrice Nkengurukiye.

« Ouf, on est enfin marié! C’est le moment de se découvrir en tant que couple et apprendre à vivre ensemble. On va attendre quelques mois, voire une année pour penser au bébé ». C’est le rêve de la plupart de jeunes foyers. Mais, c’est sans se douter que les familles des deux tourtereaux attendent autre chose d’eux.

Nous, nous avions décidé d’un commun accord d’attendre quelques six mois, to enjoy d’abord la vie à deux. Mais secrètement, je ne voulais pas aller au-delà de trois mois, histoire d’échapper à la fâcheuse question : «  Nta gakuru gashasha ? » (« Aucune nouvelle ? », ndlr) et le regard mi- anxieux et mi- complice des parents qui va avec. Et heureusement le troisième mois, nous avons reçu la bonne nouvelle. On allait avoir un bébé.  Surprenante fut la réponse de ma mère quand je lui ai annoncé la nouvelle sur WhatsApp: « Dieu merci ! Je priais pour vous chaque dimanche pour que ça soit pour bientôt ». Really ? Rien qu’après trois mois ? J’ai ressenti, la connaissant, qu’elle commençait à désespérer.

Qu’en dit la nouvelle génération

Joëlle a attendu longtemps avant d’avoir son premier enfant. Aujourd’hui mère d’un bébé de 11 mois, elle se confie : « Je n’ai pas osé en parler à ma mère car elle m’aurait traitée de folle, parce que pour elle, on se marie pour avoir des enfants. A quoi bon d’attendre donc ? » Sibylle, jeune mère de 30 ans, dit n’avoir pas subi de pression  de la part de sa mère : « plutôt de mes tantes et voisins. J’ai pris quelques kilos dans les premiers mois du mariage et les gens me lançaient des boutades selon quoi j’étais enceinte alors que ce n’était pas le cas.  Quand je suis vraiment tombée enceinte, j’ai eu des drôles de félicitations du genre: finalement, il était temps,… »

Jacques, jeune homme de 35 ans, juge : « Je trouve ridicule que les gens mettent une pression sur les mariés pour qu’ils aient un bébé le plus rapidement possible. Chaque couple fonctionne à sa façon et les raisons d’attendre varient d’un couple à l’autre…»

Jean, jeune père de famille fait part de son expérience: « On répondait aux curieux qu’on voulait prendre notre temps avant d’y penser et les gens arrêtaient de nous reposer la même question. Je pense que les parents veulent surtout vivre l’expérience d’être Pappy ou Mammy. Mais la décision de quand et combien revient aux jeunes mariés. Après tout, c’est à eux d’élever leurs enfants. »

Daniella qui planifie son mariage dans les mois à venir est du même avis : « Personnellement, je veux pas tomber enceinte les premiers mois, je veux d’abord profiter de la vie à deux pour au moins quatre à six mois, mais si ça arrive avant, on sera tout de même très heureux de l’accueillir. »

Les parents des jeunes mariés, autre son de cloche

Joséphine, grand-mère de deux petites filles, comme on s’y attend, n’est pas partisane du report : « Quand ton enfant se marie, l’idéal est d’avoir un petit-fils le plus tôt possible. En tant que parents, on veut voir nos petits-enfants et un enfant amène la joie et soude les liens entre les deux familles des mariés. »

Nestor, 65 ans, va encore plus loin : « Qui dit mariage, dit bébé! Le fondement du mariage pour moi, c’est donner la vie. Ces jeunes gens qui veulent copier les mentalités occidentales se trompent et nous privent du bonheur de voir notre descendance. A mon âge, on aime voir courir ses petits-enfants et les chouchouter avant notre grand départ. »

Bref, chacun dans son coin ne pense qu’à son bonheur,  oubliant qu’avoir un bébé ces derniers temps demande des sacrifices financiers énormes, que tous les couples ne peuvent pas avoir ou ne sont pas encore prêts pour le petit bout de chou.

 


A relire:

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.