article comment count is: 0

Pourquoi le Burundi perd-il ses valeurs d’antan ?

Les Burundais perdent du jour au jour les valeurs qui ont toujours caractérisé le peuple du royaume de Ntare Rushatsi, nous apprend le blogueur Rivardo Niyonizigiye. De s’interroger alors sur les raisons qui se trouvent derrière cette « déshumanisation ».

Un bon après-midi, Sam (pseudo), fraîchement venu au Burundi, veut effectuer le trajet resto-bar Waka Waka – Institut Français du Burundi (à peu près 150 m pour ceux qui ne connaissent pas l’endroit). Il demande à un taximan s’il connaît l’endroit. Le taximan lui répond que c’est tellement loin, qu’il va devoir payer trente mille francs burundais (30 000 fbu) pour la course. Après des négociations acharnées, Sam finira par payer 25 000 fbu. Le taximan fait le tour de toutes les artères de la capitale pour enfin  revenir à l’IFB. Le trajet est tellement long que notre ami Sam a envie de donner les 30 000  Fbu demandés à l’avance. Il s’abstient.

Plus tard, en apprenant le vrai coût  de la course, et surtout la distance qui sépare les deux endroits, Sam jurera par ses grands dieux que les Burundais sont le peuple le plus malhonnête qu’il ait déjà vu. De ma part, j’en doute, mais en tant que Burundais, je me suis senti visé et en même temps interpellé. Sam a-t-il été arnaqué parce qu’il est étranger ? D’une part c’est vrai, mais nous aussi locaux sommes visés par toutes sortes d’arnaques quotidiennement. Et ces filouteries sont faites par des gens comme vous et moi.

Adieu éthique

Dans un article qu’on peut retrouver sur le site arib.info, le professeur Libérat Ntibashirakandi déplore déjà la perte des valeurs éthiques de nos aïeux comme  le culte  de la vérité, le sens élevé de responsabilité, l’intégrité morale et l’honnêteté, la tolérance, l’amour de la patrie, le travail…surtout bien fait, le respect de la vie humaine ainsi que les idéaux de paix, d’entraide et de solidarité, de démocratie et de justice sociale. 

Pourtant, la culture burundaise nous enseigne depuis notre enfance les valeurs qui doivent caractériser tout Murundi : iteka, le devoir à toute personne de garder la dignité ; ubuntu, la qualité d’humanisme qui fait que le Burundais se sente complet dans son environnement ; umutima, la force qui bâtit la société, la personnalité ; ibanga, l’accrochement à son devoir,… Des valeurs  à entretenir et à enseigner à nos enfants mais qui semblent faire partie du passé maintenant.

Pourquoi ?

Plusieurs hypothèses : plus d’un épinglent la mondialisation et l’importation de cultures étrangères. Mais ingendo y’uwundi iravuna (l’imitation tue, ndlr), devrions-nous savoir.

D’autres croiraient que la société burundaise serait devenue tellement lâche, laxiste, je m’enfoutiste, qu’elle ne peut plus porter et développer ses valeurs. La pauvreté, la vie chère, les TICs et ses revers nourris par le désert intellectuel qui « caractérise le Burundi ces dernières années » sont autant de facteurs qu’ils avancent.  

L’une ou l’autre, ou les deux, peu importe, chacun peut y aller de son explication. Une chose par contre saute aux yeux : Le Burundi perd ses valeurs de façon surprenante. Un danger réel d’avenir pour nous tous.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.