article comment count is: 1

#Kamanyola : des mots pour accompagner nos morts

Après le massacre d’une quarantaine de réfugiés burundais en RDC, pour la plupart des fidèles de la prophétesse exilée Zebiya, trois blogueurs de Yaga ont tenu à rendre hommage, chacun à sa façon, à des victimes de l’intolérance humaine.

À l’origine de tout, le péché de toute une nation. Un crime auquel on a tous assisté, sans broncher, sans se lever, un crime qui nous a tous rendus coupables, une trahison qui devrait nous hanter chaque nuit.

Pendant qu’on est en train de s’insurger contre l’inaction insensée des Casques bleus face au massacre de nos compatriotes refugiés, on oublie sciemment qu’avant ces soldats de l’ONU, c’était nous.

Assis tranquillement dans nos salons, bibles, corans ou bière à la main, on se gaussait de « ces fous » qui se faisaient persécuter à Businde.  On condamnait ces têtes brûlées qui avaient fait croix sur la raison pour suivre une illuminée illettrée. Pendant que nos frères se faisaient massacrer, cette fois par nos forces de l’ordre, on s’interrogeait à propos de la vérité derrière les visions de cette soi-disant prophétesse, et on condamnait. Pas les policiers ou l’Eglise catholique qui s’acharnaient sur des pauvres gens. Non, on vouait aux gémonies ces « renégats », ces « traîtres à leur foi », ces « fauteurs de troubles », ces « rebelles » qui menaçaient la nation. Mais comment, si on est un pays laïc? Va savoir.

Dépités, délaissés, incompris, haïs, ils ont fini par fuir leur pays, avec comme seuls bagages leur foi et un immense sentiment d’injustice. Et nous, on est retourné tranquillement à nos bibles, corans, et bières, la conscience tranquille.

Hypocrisie

Jésus et ses disciples. Zebiya et ses adeptes. Le premier est mort sur une croix, ses fidèles ont été persécutés, exilés loin de chez eux, assassinés, martyrisés  par des étrangers. La deuxième est en cavale, chassée de chez elle, et ses compagnons sont persécutés, exilés loin de chez eux, assassinés, martyrisés  par des étrangers. Une même histoire, un regard différent.

Et nous dans tout ça ? On se répète à longueur de journée qu’on est de bons chrétiens et on organise des croisades à tours de bras.

Comment pouvons-nous toujours aller le dimanche à l’église le regard serein, puisque rien ne nous différencie des pharisiens qui ont livré leurs frères aux barbares romains ?

Comment pouvons-nous  prendre nos claviers pour dénoncer un crime dont on est à l’origine les grands responsables ?

Pourquoi jeter la pierre à ces assassins en uniforme qui n’ont fait que répéter les mêmes actes que ceux que nous avons posés auparavant ?

Mais le cœur de l’homme est complexe.  Ne lui refusons pas le droit de pleurer ses morts même si lui-même leur a renié de leur vivant le droit fondamental de croire en ce qu’ils veulent.

Mais avant tout, admettons-le, crier maintenant et pleurer toutes les larmes de notre corps, c’est de l’hypocrisie pure et simple.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Reposez en paix !

Ainsi votre séjour ici sur terre vient de se clôturer par ce spectacle tragique : un, cinq, dix …et puis 34, 37 morts. Mort aussi inopinée, aussi brutale, aussi incompréhensible!

Vous vous étiez exilés parce que vous sentiez le danger. Vous avez laissé toutes vos richesses, repères, amis et même famille derrière vous. Le cœur en lambeaux, vous êtes partis, pas par volonté mais par contrainte. Vous avez plié bagages sans savoir où vous alliez, et vous avez cru avoir trouvé l’asile sur cette terre étrangère. Cette terre qui plus tard est devenue votre tombereau. Reposez- vous en paix !

Oui, par peur d’être violée devant ses enfants, une réfugiée a troqué sa maison pour un taudis à l’étranger. Par peur de laisser ses petits orphelins, un autre a abandonné son métier pour vivoter d’aides. À la fuite de la mort, vous avez trouvé la vôtre en chemin. De Charybde en Scylla. Reposez en paix.

Certains diront que vous n’avez reçu que ce que vous méritiez. Que c’est vous qui avaient amorcé les affrontements. Ce monde est insensé ! Ne vous battiez-vous pas pour la solidarité ? Ne manifestiez-vous pas pour la justice des vôtres ? Vos armes crachaient-elle le feu ?
Comment peut-on tuer plus d’une trentaine d’individus pour avoir réclamé les leurs ? Un demandeur d’asile n’a peut-être pas de droit mais au moins, vous aviez droit à la vie. Reposez-vous en paix.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Nouveau soleil à Kamanyola

Parmi ceux qui neutralisent pour mieux asservir,
Ceux qui décident à la place des millions de têtes,
Il y aura toujours des ineptes, des monarques,
Des braves et des hommes lucides …des hommes !
Dans leur manigance,
Ils assisteront à des bombances
Tantôt illusoires,
Tantôt porteuses de prédictions
Et de mystères énigmatiques
Qui étoufferont les esprits immaculés.

Appuyer sur la gâchette,
Ne sera plus la soif des imbéciles aliénés,
Mais la volonté affirmée des bêtes
En veste humaine. Quelle horreur !

Déjà à Kamanyola,
Avec l’arrivée du nouveau soleil,
37… corps de vrais humains ne sont plus.

Et pour bientôt,
À ceux qui étouffent pour mieux enchaîner,
À ceux qui écrasent pour assujettir,
Des trophées des droits de la mort seront décernés.
Ils seront couronnés par des hyènes,
Par des iguanes venimeux,
Par des vipères fielleuses
Au visage de l’ange Gabriel.

Mais, comme toujours,
Avec l’arrivée du nouveau soleil,
34, 36, 100… corps disparaîtront
Au moindre mouvement de l’index.

Ceux qui meurent continueront à vivre,
Ceux qui dansent piétineront même la braise ardente.
Au nom de la liberté, ils se feront lyncher,
Au nom de l’égalité, ils feront sauter des citernes à oxygène,
Et au nom de la paix, ils entortilleront les âmes mirliflores.

Pendant que les cœurs ignorés seront en train d’être calcinés,
Les plus malvoyants porteront un toast vide de sens
Aux bienheureux chimériques
Pour festoyer des victoires imaginées,
Et se vanter des trésors qu’ils n’ont jamais mérités.

À la recherche de l’innocuité exilée,
Ils partiront les yeux bandés
Et traverseront des océans de sang
Amertume dans leurs intestins.
Les timorés d’entre eux s’évaderont,
Les morts deviendront immortels,
Mais eux…et seulement eux,
Ils ne feront pas partie de ceux qui se feront zigouiller
Pour des motifs bagatelles.

Non !!!!
Eux mourront pour la cause omnipotente
Qui, malheureusement, ne fera jamais d’eux des surhommes.
Ils donneront leur vie pour une gloire éphémère
Et se sacrifieront pour des louanges poussiéreuses.

Avec l’arrivée du nouveau soleil,
Des charniers aux bords des routes, des rivières, des fleuves, des lacs
Seront repérés,
Des tombes seront déballées.
Jamais, on ne trouvera les cadavres de vrais pécheurs.
Mais 37 corps,…ça oui !

Et les fameuses enquêtes ?
Les ténèbres s’introduiront dans la cellule des décisions.
Ils seront là pour voiler les consciences des illuminés,
Et anathématiser le moindre effort des incorruptibles.
Ceux qui exècrent la flamme de l’authenticité
Tenteront de se faire passer pour des gardiens de la vie,
Ils s’agiteront comme une rivière de blé ;
Ils transpireront un torrent de farce,
Et leur effigie aura l’apparence d’ouragan moribond.

Les déments de l’heure qui sonne
Ne tarderont pas à étancher leur gorge.
Dans leur délire,
Ils dialogueront avec les vents de l’occident
Et les insectes calamiteux de l’orient.
Ils citeront des noms des fantômes,
Ils se feront passer pour des magiciens,
Ils ne feront pas long feu.
Le Héraut les appellera des chavirés du destin
Du siècle africain.

Le poète, lui, dans sa générosité verbale
Se demandera : à quoi pourrais-je vous être utile
Si vous n’arrivez pas à comprendre
Que des corps humains valent mieux
Que vos jeux politiques de mort ?

Nouveau soleil à Kamanyola,
Encore des cadavres !
On aura une journée pour en parler
Et on les oubliera pour toujours.
C’est horrible !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. « Sauf les gardiens de la terre ne sont pas concernés »
    On se tue chaque jour pour l’héritage quelquefois empoisonné, on a toujours des églises et je me demande pourquoi ces bâtiments ? Si c’était pour chercher de la paix, le vivre-ensemble et la concorde on a assez d’espace!!! Les morts sont partis mais leur bourreau que toi et moi sommes responsables tôt ou tard ces mêmes morts vont nous accueillir avec bienveillance. Même ceux que tu n’a pas connus eux te connaitront un jour. REPOSE EN PAIX CHERS COMPATRIOTES. La religion c’est l’outil de massacre, pourquoi nous avons condamnés les innocents jusqu’à les chasser de leur terre mère comme c’étaient nous le garant de la vie.Toi et moi nous allons comparaître et soyons sûrs que c’est un procès à perdre. Comme les tuéries ne se suffisaient pas il fallait ajouter l’exil. QUELLE HONTE QUELLE HONTE QUELLE HONTE!!! Nos lieux de cultes ce dimanche passé ont fait à l’accoutumé comme c’étaient un acte juste il fallait les laisser et oublier. REPOSE EN PAIX MON FRERE, REPOSE EN PAIX MA SOEUR, Dieu seul sait même les non-croyant savent comment juger mais la mort à l’exil n’a jamais été le jugement partial. Nos habits de joie était au rendez vous après avoir mis sous nos pieds nos Frères et Sœurs. Toi et moi restons préparé notre condamnation est lourde. RESTE EN PAIX. JE NE VOUS OUBLIERAI PAS. La religion qui devrait nous libérer a été instrumentalisée pour nous tuer.
    « Quelque soit la longueur de la nuit, le soleil finit par se lever ». Nous tous nous allons mourir et ils seront nos familles pour toujours. RESTE EN PAIX CHERS COMPATRIOTES A KAMANYORA. Le monde a des humains mais l’humanité a disparu. R.I.P et courage pour les survivants.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.