Photo d'illustration - source
article comment count is: 0

Twittoscopie : la pierre de Pierre

Pour cette revue hebdomadaire de ce qui a marqué l’actualité sur Twitter, le blogueur Alain Amrah Horutanga nous amène dans un voyage étonnant : cap sur le nouvel évangile selon Saint Pierre Nkurunziza, puis passons par la représentation du pays de l’Oncle Sam, sans oublier de faire un tour dans les rebellions qui pullulent désormais sur internet. N’oubliez pas de prendre vos boussoles.

Cette semaine du 21 au 28 Août, le rassemblement œcuménique de Gitega a encore drainé son flot de décryptages et d’observations. La twittosphère burundaise n’avait visiblement pas attendu que les commentaires enflent pour qu’elle s’occupe d’une des vidéos qui a fini par devenir virale. La vidéo sur la fameuse pierre.

Trop partagée sur whatsapp, c’est la Radio Télévision Nationale du Burundi qui l’a diffusée en premier avant d’atterrir dans les smartphones des abatwip. La vidéo a alors fait le tour des réseaux sociaux. On y voit le président Nkurunziza faire réciter son nom à une choriste. Mais le hic ce qu’elle empruntait un passage biblique en y insérant « Pierre Nkurunziza ». Et la prophétie de la pierre naissait.

Sur le réseau de l’oiseau bleu, l’une des abatwip les plus drôles a laissé cours à son imagination. Elle a changé de nom à plusieurs reprises, elle est passée de « Ibuye rya Pita » à « 3 tonnes ou rien » en une seule semaine.

L’exercice périlleux de l’ambassadrice des USA

La semaine passée, nous avons accueilli une nouvelle umutwip en la personne de l’ambassadrice des USA au Burundi. Après un accueil digne de la twittosphère burundaise, elle a décidé de se prêter à un exercice plus que périlleux : répondre aux questions des internautes, en direct.

Ce n’est plus un secret pour personne, actuellement au Burundi, les voix sont polarisées.  C’est soit blanc, soit noir. Rien ne peut être gris. Anne Casper en a eu la confirmation. Si de manière générale l’initiative a été applaudie, l’ambassadrice s’est vue reprocher par certains d’avoir « minimisé », voire d’avoir été « partiale » sur l’épineuse question des imbonerakure.

D’autres abatwip, exaspérés par le phénomène de refus des visas dans les consulats occidentaux, ont osé poser une question qui dérange, peut-être fâche. « Ils encaissent notre argent, ils nous refusent les visas et ils ne nous remboursent pas ce qu’on a donné ». Voilà  comment résumer leur préoccupation.

Les généraux des « réseaux sociaux » nyakurisés ?

Ainsi va le Burundi. Le système de nyakurisation n’a pas fini de faire son chemin. La dernière victime serait-elle les Forebu ? Si l’on n’en croit Twitter, il y a bel et bien eu scission. Et les deux comptes font la part des choses. Si les Forebu sont aussi considérées par une certaine opinion comme une rébellion virtuelle, nous avons tous été surpris par la dernière annonce du changement de nom, de son staff, mais aussi « d’actions ».

Mais le plus intriguant pour certains abatwip est le sigle FPB (Forces Populaires du Burundi) qui s’apparente à FPR (Front Patriotique Rwandais). Le nom de cette rébellion est, pour eux, une copie conforme du FPR rwandais dont le pays est accusé par Bujumbura d’abriter et d’armer les rebelles burundais. Quand on connaît l’histoire des deux pays, même un moustique qui ose franchir la frontière de l’un ou l’autre peut faire objet d’études sérieuses.

Le tweet présidentiel

Quelque part il y a eu des élections en Afrique. C’était en Angola. Comme à l’accoutumée, et pour un « pays-frère », le président Nkurunziza, via twitter, n’a pas dérogé à sa propre règle : féliciter un « pays-frère » pour ses élections. Les « ennemis » du Burundi devraient s’en mordre les doigts ! En remerciant le président Dos Santos qui s’en est allé vivre heureux pour le restant de ses jours, le président Nkurunziza a aussi félicité le nouveau Président angolais. Deux tweets qui ne sont pas passés inaperçus. Voyez par vous-même ce qu’on peut en tirer comme réplique.

On s’arrête là. A la semaine prochaine !

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.