article comment count is: 0

Les perles de Yaga : ô hypocrisie quand tu nous tiens…

Nous revoici avec une nouvelle sélection de commentaires laissés par nos lecteurs sur notre page Facebook et sur notre site. Découvrez avec nous ce que nos lecteurs pensent de nos publications et ce que notre chroniqueuse, Elodie Muco, pense de ces commentaires.

Munezero Aimée Bernice dans Mariage : La dictature des « hommes de Dieu »  De Tangy Irangabiye

«Je salue l’initiative d’aborder ce sujet. A l’heure où les divisions de tout genre menacent l’unité nationale, si même les hommes de Dieu s’y mettent, où donc est notre salut? La famille est le fondement de la société et le mariage a toujours été l’acte de base pour fonder une famille et surtout le mariage est une institution divine. Pourquoi s’y opposer?!»

Entièrement d’accord avec vous chère lectrice. Que ça fait plaisir de tomber sur un commentaire sensé et surtout… féminin ! Que celles qui ont des oreilles entendent, j’ai envie de dire.

Bertin Ndorere dans Exil des jeunes burundais : les racines du problème  

« […] ceux qui jettent des flammes brûlantes sur ces jeunes qui ont choisi la liberté et la sécurité se mettent le doigt dans l’œil et le font d’une façon irréfléchie et irresponsable. S’ils étaient foncièrement sincères, ils avoueraient qu’ils rêvent eux aussi de vivre dans une chambrette en Occident, mais libres comme l’air. O hypocrisie quand tu nous tiens! […] la vie ce n’est pas se nourrir de chimères patriotiques et de slogans vides de sens pour plaire à l’oligarchie. La vie c’est être libre, sécurisé et pouvoir programmer son avenir. Ce n’est pas rester enfermé dans une chambre pleine de fumée. Bravo aux jeunes gens qui ont pu sauver leur vies et courage aux autres qui veulent sortir de cette chambre pleine de fumée».

Comme dirait l’autre : « Je n’ai rien à ajouter Votre Honneur ! « 

Gaël Muheto dans « Les hommes burundais devenus matérialistes, avec raison » De Fabrice Nkengurukiye

«Ce n’est pas du matérialisme, c’est du réalisme. Il faut s’entraider pour joindre les deux bouts du mois, ce n’est pas toujours le mari qui doit tout assurer […]»

L’égalité des genres mesdames,  c’est ce que nous voulons non ? Assumons alors…

Justa Sindayigaya dans « Les hommes burundais devenus matérialistes, avec raison » De Fabrice Nkengurukiye

« […] si les moyens sont là tant mieux, sinon on simplifie les choses».

C’est juste. Malheureusement, il y’en a de ces peuples pour qui la simplicité est un bien grand mot chère Justa. Je ne vous apprends rien.

Claude Cheba Ndayisaba dans Depuis quand le Burundi ne peut pas organiser un sommet des Chefs d’Etat ? De Honoré Mahoro

«Il y a beaucoup de raisons qui se cachent derrière ce rejet ; cela montre que le Burundi est en arrière sur le plan politique et économique.  Et encore, ils ont refusé de venir ici parce que notre président ne participe jamais à la réunion de ces chefs d’Etats à cause du 3e mandat!»

Peut-être, peut-être pas cher Claude. Je n’ai jamais été très forte dans le jeu des devinettes. Mais je te répondrais que l’évidence est plus souvent ce que les gens ont besoin d’entendre.

Eric Mugisha dans « Que la lumière soit! »… Mais à quel prix ? De Alif

«C’est ça être indépendant!»

J’aime les gens qui ont de l’humour. Surtout celui aux abords sombres comme celui d’Eric ! Dommage que peu en saisiront le sens…

Fely Fleury Iratubona dans « Que la lumière soit! »… Mais à quel prix ? De Alif

«La hausse de l’électricité ne signifie pas son abondance, mais sa carence».

CQFD !

Racs069 dans Mariage : La dictature des « hommes de Dieu »  De Tangy Irangabiye

« […] on est chez les fous! Ces auto-proclamés hommes de Dieu ne sont que des charlatans».

Je ne sais pas pour vous, mais ce commentaire reflète parfaitement ma position sur le sujet. N’en déplaise à certains…

Jérôme Ntunzwe dans Exil des jeunes burundais : les racines du problème  

«Il n’y a aucune raison pour fuir son pays. On appelle ça défendre la cause du diable».

Qui est ce qui disait déjà que « l’utopie est mère de toutes les dictatures » ? Qui qu’il soit, je ne le contredirai pas. Surtout pas face à ce commentaire. Merci pour ceux qui comprendront.

Anonymous dans Exil des jeunes burundais : les racines du problème  

« […] les jeunes talentueux en informatique ne peuvent pas avoir dans le contexte actuel, un cadre favorable pour améliorer leurs connaissances. Mais est-ce pour autant une raison valable pour disparaître dans la nature? Est-ce qu’un peu de lobbying et de patience pour obtenir une bourse n’auraient pas suffi pour leur ouvrir les portes de l’Occident avec honneur? Entendez-moi bien, je ne les juge nullement, c’est juste une contribution pour de futurs candidats à l’exil. Parfois avec un peu de patience, on peut se sauver avec honneur».

Colère, amertume, lassitude. Autant de sentiments contradictoires qui me submergent chaque fois que je lis ce genre de commentaires. Un sage a dit : «Les donneurs de leçons pullulent, mais les montreurs d’exemples se font rares». Mais je ne vous juge pas cher lecteur. Vous n’avez jugé personne non plus, n’est-ce pas ?  

Nestor Nshimirimana dans « Que la lumière soit! »… Mais à quel prix ? De Alif

«Je pense que c’est une affaire gouvernementale de hausser les prix dans l’optique de trouver les salaires aux fonctionnaires. N’oubliez pas là où nous sommes maintenant! Pas de doute»

Celui qui a dit que la naïveté est une façon de vivre intelligemment le présent n’a pas menti. Nestor a trouvé le secret du bonheur, lui. La règle d’or ? Tout positiver. Commencez… maintenant !

Joram Articus dans « Les hommes burundais devenus matérialistes, avec raison » De Fabrice Nkengurukiye

«hey Ritah, long time»

Ou quand YAGA contribue aussi dans les retrouvailles d’anciennes connaissances…

A bientôt chers lecteurs

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.