Mariage : la dictature des « hommes de Dieu »

Au Burundi, les églises chrétiennes sont légion. Si la plupart appliquent un dogme chrétien universel, certaines se révèlent intransigeantes envers leurs fidèles quant à  la question d’union des partenaires de confession différente. Partant du cas d’un couple dont le mariage n’a pas pu être célébré pour des raisons non encore élucidées, le blogueur Tanguy Irangabiye s’interroge sur le message que véhicule cette attitude.

Tout récemment, Mirabelle allait se marier avec Paul (pseudos), et comme le veut la coutume, elle a changé d’église et est allée fréquenter l’église de son bien aimé. Tout allait très bien jusqu’à ce que le révérend-pasteur ait vent d’une éventuelle remise de dot avant que Mirabelle ne soit baptisée. Le saint homme rentre dans tous ses états! Malheureusement pour lui, la remise de dot ne nécessite pas le passage à l’église ; seuls les parents suffisent pour la bénédiction (les parents représentent Dieu ici-bas, c’est ce qu’on m’a dit).

À partir du moment où il a eu la confirmation que les cérémonies ont bien eu lieu, le pasteur décide de faire une demande d’explication à Paul, son aimable chrétien, à défaut de laquelle le mariage ne sera point célébré dans son église. Paul réussit à s’extirper tant bien que mal de l’inconfort qui régnait dans le somptueux bureau du révérend-pasteur. Après, il rend vite chez sa dulcinée pour lui faire part de la situation qui prévaut à l’église. Deux semaines plus tard Mirabelle est baptisée dans le Jourdain. Tout est en ordre. C’est le calme, la sérénité. Du moins c’est ce qu’on croit.

Les informateurs du pasteur vont par après faire une autre déposition (encore plus alarmante que la précédente) sur la présence de boissons alcoolisées lors des cérémonies de remise de dot. La faute s’aggrave et la période de clémence prend fin. Le pasteur, en tant que berger, doit prendre des mesures coercitives pour éviter que le reste de son troupeau ne soit entraîné dans la perdition. La célébration religieuse du mariage n’aura pas lieu.

Interrogations

« Nous vivons une époque formidable », disait Thomas A. Edison. Parfois j’ai l’impression que M. Edison a séjourné au Burundi avant de nous pondre cette citation.  Indépendamment des croyances, les cérémonies religieuses ont toujours fait partie de la célébration nuptiale. J’aimerais alors pouvoir comprendre les raisons qui motivent ce genre de décisions de la part des hommes d’église. Y a- t-il un manque à gagner ? Ou c’est juste une application exclusive du droit divin?

La foi chrétienne nous apprend l’amour de son prochain, la tolérance et non la discrimination et l’exclusion. Quand on empêche deux personnes de s’unir pour la vie, quel précepte chrétien applique-t-on ?

Quoi qu’il en soit, avant de venir porter des jugements sur les autres, il est temps de nous remettre en question et de poser cette simple question à ces « hommes de Dieu » : « Quand Jésus guérissait les lépreux, faisait-il de distinction entre un Juif  et un païen ? »

Articles récents

Recent Comments ( 4 )

  1. Je salue l’initiative d’aborder ce sujet. A l’heure où les divisions de tout genre menacent l’unité nationale, si même les hommes de Dieu s’y mettent où donc est notre salut?? La famille est le fondement de la société et le mariage a toujours été l’acte de base pour fonder une famille et surtout le mariage est une institution divine. Pourquoi s’y opposer?!

  2. Bonjour

    Thomas A. Edison disait: « Nous vivons une époque formidable », moi je dirais plutôt: « On est chez les fous!!! »
    Ces auto-proclamés  » hommes de Dieu » ne sont que des charlatans.

    1. Je sais de source sure que, sans tomber dans la globalisation, que beaucoup de nos pasteurs sont des commençants de la foi. C’est très payant paraît-il d’être pasteur, représentant légal d’une « église »…car les croyants occidentaux sont une bonne source de billets de billets verts ou d’euros -« plutôt de bonnes vaches à lait ».

  3. Très bien encriné!!! Des fois nous confondons l’Eglise « Assemblée de Dieu »de l’Eglise association sans but lucratif et/ou synagogues. cette dernière existait longtemps avant même l’avenu de Messie et Jésus y fréquenté pour dénoncer ces genres de violence comme ceux que vous évoquez ci-haut.
    La bible précise certaines des violences, discrimination,etc que les pharisiens faisaient alors qu’ils portaient sur leurs fronts les commandements de Dieu.
    Bref, il faut distinguer l’EGLISE « ASSOCIATION SAN BUT LUCRATIF » qui a son code de conduite, son Règlement d’ordre intérieur, son doctrine,….que chaque adepte doit scrupuleusement respecter à la lettre , de l’Eglise Assemblée de Dieu.

Say your opinion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*