Compétitions interscolaires : « Francine », un nom porte-bonheur

Pour leur 29ème édition, les compétitions interscolaires d’athlétisme ont eu lieu du 20 au 21 mai au chef-lieu de la province Ngozi. Fait étonnant, comme le rapporte le blogueur Apollinaire Nkurunziza, il semblerait que porter le nom de la médaillée d’argent du 800 mètres au JO-2016 serait un gage de victoire.

2017 n’a pas dérogé à la règle. Toutes les directions provinciales  de l’enseignement, accompagnées de leurs champions,  avaient répondu présentes à la grande messe de l’athlétisme scolaire. Chaque formation venait avec l’espoir de battre un record, une chose à laquelle la ville de Ngozi est habituée, car elle est souvent privilégiée et honorée pour abriter ces jeux.

Chaque année, les compétitions interscolaires d’athlétisme voient émerger de nouveaux talents. Des vedettes y naissent, comme dans le temps pour la future championne du monde en salle et médaillée d’argent aux Jeux olympiques sur 800 mètres, Francine Niyonsaba. Et lors de ce nouveau rendez-vous, l’ombre bienveillante de la fille de Ruyigi a plané plus que jamais sur la compétition : pas moins de trois « Francine » se sont illustrées ce jour-là.

Pour les 1500 mètres, Francine Niyomukunzi du lycée communal Buraniro, province Bururi, a remporté la première place, Francine Ndayisaba du Lycée Technique Christ Roi de Mushasha a été deuxième pour les 100 mètres tandis que le même prénom est revenu pour la course de 5000 mètres en occupant la 4ème place. La dernière Francine venant de Vyanda, en province Bururi.

«  Le nom de Francine est un nom béni de Dieu », jure Ndayisaba, avant que toutes les trois affichent leur ambition commune : égaler  Francine Niyonsaba, une étoile qui semble avoir réussi à éclairer la jeunesse burundaise, particulièrement dans ces moments sombres.

Articles récents

Say your opinion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*