article comment count is: 1

Immunité : trop bien pour que les autres en bénéficient

Début avril, le facilitateur Benjamin Mkapa a demandé au chef de l’Etat Pierre Nkurunziza d’accorder une immunité aux politiciens contre lesquels des mandats judiciaires ont été émis. Dans la réponse du président, cette latitude appartiendrait au Parlement. Ce qui n’a pas dissuadé tout de même les manifestations pro Cndd-Fdd de ce samedi 22 avril. A noter que certains membres du régime dont le président de la République, qui n’en sont pas favorables, jouissent toujours de l’immunité provisoire et savent le bien-fondé d’une telle mesure selon notre contributeur Honoré Mahoro.

Pourquoi une manifestation contre la proposition de Benjamin Mkapa alors que le président Nkurunziza  lui-même lui avait répondu que cette question est l’apanage du Parlement ? Les marches-manifestations de ce samedi ont montré plutôt que le Cndd-Fdd rejetait  la proposition de Mkapa et qu’il n’y avait rien à espérer du parlement majoritairement composé par les membres du même parti. Pour des questions pareilles, le débat  contradictoire au parlement est désormais un conte de fée et la plénière est, ni moins ni plus, le respect de la consigne de vote dictée par les ténors du parti. A mon avis, le facilitateur Mkapa et les opposants incriminés  devront  prendre acte de ce vox populi des militants du Cndd-Fdd et envisager une autre alternative.

La confusion dans les termes pour rallier les militants

Le terme « immunité », au départ juridique, est devenu une notion politisée, utilisé parfois à tort et à travers, du sommet à la base au sein du parti au pouvoir. C’est ainsi que les manifestants de ce samedi la confondaient avec « amnistie ». Et à qui profite la confusion ? Le régime bien sûr, qui a mis le paquet pour faire comprendre à ses ouailles que ces présumés putschistes cherchent à échapper à la justice, veulent se prendre pour innocents qui n’ont jamais commis les crimes pour lesquels ils sont reprochés. Impensable pour le militant de bonne heure du parti au pouvoir.

Mais les leaders du Cndd-Fdd savent mieux que tout autre politicien qu’il s’agit de l’immunité et non de l’amnistie. Certains leaders de ce parti de l’Aigle en ont joui et continuent à en bénéficier depuis 2002  dans le cadre des accords de cessez-le-feu. Grâce à l’immunité provisoire, ils ont pu quitter le maquis, intégrer les corps de défense et de sécurité et  les instituions politiques par dessus tout. Pourtant certains étaient condamnés à des lourdes peines dont la peine capitale. Cette immunité provisoire ne passait pas l’éponge sur les différentes condamnations et poursuites qui étaient en cours à l’époque, mais permettait un certain décalage  pour l’intérêt de la paix et la fin des hostilités. Pourquoi ne pas faire pareille aujourd’hui, même si le porte-parole du président affirme que les circonstances ne sont pas les mêmes ?

Dirons-nous que «lorsqu’un privilège est à la portée de tout le monde, il cesse de l’être », comme disait mon professeur à l’université ?  Est-ce donc le fond de la pensée du Cndd-Fdd ?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Imminite!la meme pas de provisoire.il semble biaise encore comme l,avaient fait pour l,accord d.arusha et la contistitution!si S.E et les siens avaient pris la voie des armes les ce qu,il venait de s,y passer une chose,chose pure mauvaise et crime international,bref ils venaient de tuer un de leur compagnon elu au souffrage universel direct.la pas d,autre choix le maquis etait a la porte des deprouves. circonstances totalement opposees.aujourd,hui ils ont joue heureusement ou non selon qui juge un mauvais tour,ils ont rate un putsch,leur experience dans le prolongement de 93 a heurte sur celle d.un maquisard integre et ainsi avoue a l,echec leur acte ignoble encore.a quoi bon d,appeler un tel criminel de venir partager le pain de la famille alors que les actes qu,ils avaient commis les accusent et restent impuni?quelle discussion avec quelqu,un qui par megarde ou par manque de technicite saisie en falagrant delit entrain de lever une machette contre vous?n,est ce pas recourir immediatement a la justice?

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.