Photo d'illustration: ©Yaga
article comment count is: 0

Frères « Imbonerakure », arrêtez de porter préjudice à la jeunesse burundaise

Depuis hier une vidéo fait le tour des réseaux sociaux, provoquant un tollé général. Dans celle-ci, on peut voir la jeunesse du parti au pouvoir scander une chanson appelant au viol des opposants. Le blogueur Spageon Ngabo a voulu s’adresser à ces jeunes qui pour lui donnent une mauvaise image de la jeunesse burundaise et passent à côté des vrais problèmes.

Aujourd’hui, je voudrais m’adresser à mes frères imbonerakure. Vous que j’ai vus hier dans cette vidéo et ceux que je n’ai pas vus. Comme d’autres milliers de Burundais et d’étrangers, j’ai regardé avec consternation  des jeunes entonner des chansons aux paroles douteuses, exécrables : « Tera inda abakeba, bavyare imbonerakure ! » (Engrosse les opposantes pour qu’elles enfantent des imbonerakure, ndlr). J’ai une petite question : est-ce vraiment ça la jeunesse qui se fait appeler imbonerakure? Le viol des opposantes, c’est ça la rémunération  que vous offrez à tout jeune Burundais qui choisirait de vous rejoindre et de poursuivre l’idéologie de votre parti ? Si chers frères vous vous sentez toujours « fiers d’être imbonerakure » après cette vidéo, je n’ai qu’à vous pleurer car  vous êtes le contraire de ce qu’est la jeunesse burundaise.

Mais, c’est quoi « être imbonerakure » ?

Quand l’Onu vous a taxés d’être une milice du parti au pouvoir, vous l’avez réfuté,  clamant haut et fort que vous êtes « des partisans de la démocratie, épris de paix, fortement attachés à la République et animés d’un esprit de tolérance,  victimes d’une campagne de diabolisation et de médisance »(nldr) . Sur ce, je voudrais de tout mon cœur croire que cette vidéo n’est que pur montage, car malgré tout, vous êtes mes frères et aux yeux du monde, l’image que vous donnez  affecte tous les jeunes du Burundi. Si je voulais vous prendre au mot, je vous demanderais pourquoi vous vous efforcez de donner raison à tous ces colons impérialistes qui nous traitent de sauvages.

Chers imbonerakure, le Burundi est un grand chantier, et les défis qui pourraient nous inspirer des chansons guerrières ne manquent pas : notre petit pays a une population estimée à 11,1 millions d’habitants  dont 70% des jeunes pour  une superficie de 27 834 km². Nous avons un PIB par habitant de 315 $ avec un taux de croissance  de – 2,4 % en 2015 et un chômage qui va croissant. Nous sommes  parmi les pays les plus corrompus au monde, le deuxième pays le plus malheureux au monde d’après les Nations Unies, le troisième plus pauvre aussi en 2016.

Avec tous ces problèmes, y-a-t-il plus déroutant – ou plus bête si vous voulez- que de voir une jeunesse du parti majoritaire se vanter de vouloir « engrosser les opposantes » pour se multiplier sans cesse. Seuls les animaux offrent en spectacle leur libido.

Ouvrez les yeux, voyez loin !

Et puis vous chers compatriotes, chers grands de ce pays, vous qui persuadez cette jeunesse d’être le « Burundi de demain »,  que faites-vous pour rendre leur lendemain aussi meilleur que vous le leur chantez souvent ? Les appeler à  « engrosser les opposantes »? Je me dis que vous partagez leur philosophie puisque je n’ai vu personne dénoncer cette malheureuse vidéo.  ( Ce qui a été fait par après, ndlr)

Chers frères imbonerakure, comme on aime souvent le dire en droit, la responsabilité est d’abord individuelle, ouvrez alors les yeux, soyez des vrais « imbonerakure », méritez votre nom, voyez loin !  Jusqu’à quand allez-vous accepter d’être l’instrument d’un politicien  qui vous reniera quand le vent tournera ? L’histoire ne vous apprend-elle rien ?

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.