Photo d'illustration: ©Yaga
article comment count is: 1

Le Burundi a l’atout d’être le seul pays francophone dans la Communauté est-africaine, à quelques conditions

Alors que s’ouvre ce mercredi 29 mars 2017 la 6ème  conférence scientifique annuelle sur la santé au sein de l’East African Community, l’heure est de revenir sur l’éternel débat sur la langue de travail quand ladite conférence se déroule au Burundi, pays traditionnellement francophone qui s’est vu confronté à un problème d’adaptation linguistique depuis son adhésion à la Communauté Est-africaine. Être le seul pays francophone dans la sous-région est-ce un  avantage ou  un inconvénient ? « Tout est question de perspective», analyse le blogueur Franck NZIZA.

Ce n’est plus un secret pour personne, la langue de Shakespeare s’est imposée comme une langue de travail internationale et incontournable dans presque tous les domaines de la vie. Des aéroports internationaux aux grands centres commerciaux en passant par les conférences et les programmes d’enseignement supérieur et surtout la recherche scientifique, quel que soit le pays, la connaissance de l’anglais s’avère indispensable.

Cette nécessité, le Burundi l’a prise à cœur. C’est du moins ce qu’on a cru comprendre en date du 28 Août 2014 lors de l’adoption par l’Assemblée nationale d’un projet de loi portant le statut des langues qui officialisait le français, l’anglais et le swahili à côté du kirundi qui jusque-là était la seule langue officielle au Burundi. Dès lors les quatre langues sont enseignées depuis l’école primaire.

Le Français d’accord mais…

Dans l’EAC, malgré l’hégémonie indéniable de l’anglais et du swahili (l’Assemblée nationale rwandaise a adopté ce 8 Février 2017 le swahili comme quatrième langue officielle), le français garde toujours une place de choix et constitue même un atout pour le Burundi, au moment où ces autres pays devront nous solliciter dans tout ce qui aurait trait à cette langue. Mais le français ne pourra être un avantage que lorsque nous serions à mesure de parler l’anglais et le Swahili comme le reste de l’EAC.

Certes, pour les conférences, comme celle qu’on va abriter durant ces trois prochains jours, il y a  possibilité de traduction pour faciliter la participation de tous mais là encore c’est une solution non durable, chère et sans aucune valeur ajoutée dans une communauté qui se veut « one people, one destiny ». Et cela devra passer nécessairement par une langue qui puisse permettre à chaque pays de faire profiter à ses citoyens les dividendes de cette intégration régionale.

En fin de compte, nous autres Burundais, plutôt que de développer la « multilinguophobie », il est plus que temps de briser le mythe autour de l’anglais et de cesser d’appeler un swahiliphone « umuswahiri » avec cette connotation péjorative et dégradante. De plus, en cette période de crise où la pauvreté bat son plein, où l’emploi se fait de plus en plus rare, être polyglotte pourrait s’avérer être une grande plus-value. À celui qui veut avancer, une situation inconfortable se transforme en une opportunité. Et bien le défi nous est lancé. À nous de prouver que le Burundi mérite pleinement de faire partie de la communauté Est- Africaine.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. L’enseignement de ces quatres langues dans des écoles primaires,oui!qui sont les enseignant de ces langues?sont_ils à mesure de communiquer en ces langues à leur tour?la promotion de la langue anglaise à l’Université du Burundi où la faculté de l’anglais est en cour de suppression dès le Bac I et où ceux qui restent ne retrouvent pas le terrain de pratique sur le sol Burundais au cours de leur stages!

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.