Photo d'illustration: ©Yaga
article comment count is: 0

La responsabilité de créer des emplois incombe aux riches et non aux chômeurs

Le blogueur Prosper Niyonkuru s’inscrit en faux contre ces décideurs qui ne cessent de demander aux jeunes d’ « entreprendre ». Pour lui, c’est à eux de donner plutôt l’exemple.

Au Burundi, décrocher son diplôme a toujours été une grande fierté et un gage d’un avenir meilleur. Mais ça c’était avant. Maintenant, le chômage fait tellement rage que les jeunes sont terrifiés à l’idée même de terminer bientôt leurs études.

Comme pour étouffer le débat, les politiciens répondent que les jeunes devraient « entreprendre » et se créer l’emploi eux-mêmes au lieu de penser toujours à la fonction publique.

Prêcher par l’exemple

Sur terrain, les jeunes qui réussissent sont très peu. Pourquoi ? « L’école burundaise, y compris l’université, serait inadaptée et produirait dans une certaine mesure, des citoyens socio économiquement inadaptés, parfois même dangereux pour la paix sociale, parce que, économiquement pauvres, affamés et culturellement malformés », explique Germain-Herman Nkeshimana dans son livre L’école qu’il faut pour le Burundi, publié en 2007.  

Mais à mon avis l’école n’est pas le seul problème. Nous savons que pour créer des entreprises, aussi petites soient-elles, il faut de l’argent. Et nous sommes dans un pays où ceux qui détiennent le pouvoir, les politiciens je veux dire, ont aussi de l’argent. Nous ne nous demandons pas ici si ces richesses sont gagnées légalement ou pas. La question qui nous intéresse ici  est : que font-ils de cet argent ? L’investissent-ils dans les projets qui créent des emplois durables?

La triste réalité

Quand on observe bien la ville de Bujumbura, on remarque que ceux qui ont de l’argent l’utilisent pour construire des maisons qui ne donnent que peu de valeur ajoutée à l’économie. Vous me direz que les ingénieurs, maçons et aide-mâcons reçoivent des emplois dans ces projets. C’est vrai, mais c’est presque insignifiant.  Les emplois qui sont créés pour construire une maison durent au plus deux ou trois mois, et c’est fini.

Pour que le chômage soit vaincu, il faut que ceux qui ont de l’argent investissent dans des industries, des usines, des entreprises de création et de transformation qui peuvent donner des emplois au gens pendant dix, vingt ou trente ans. C’est ce qui se fait dans les pays riches, et c’est ce que nous attendons de ceux qui amassent des millions, peu importe si c’est de manière honnête ou louche. Après tout, si ceux qui ne cessent de vider les caisses de l’Etat investissaient leur argent dans ces projets durables, ils seraient d’une certaine manière excusables puisque l’argent qu’ils auraient volé serait utile à la communauté. Ceci dit, je n’encourage pas les gens à voler et je crois toujours qu’il y a moyen de s’enrichir légalement et d’enrichir les autres.

Que ceux qui ont de l’argent alors donnent l’exemple en investissant dans des projets utiles à la communauté, au lieu de demander aux chômeurs de faire ce qu’ils ne font pas eux-mêmes.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.