Photo d'illustration: ©Yaga
article comment count is: 0

L’autre

Au moment où discours haineux, divisionnistes ou insultes semblent devenus le quotidien de certains Burundais, le blogueur-slameur Ezéchiel Ndayizeye nous revient avec des mots qui apaisent. Dans ce poème, il nous rappelle qu’on n’arrivera à rien sans associer et respecter l’autre.

Regarde-toi bien

À travers ce miroir !

Contemple ton visage !

Celui que tu vois, compatriote,

Ce n’est pas toi, c’est la face de l’autre

Parce que toi, tu es l’autre aux yeux de l’autre.

Tu dis que tu n’es pas comme l’autre

Justement !

Parce qu’ hier,

J’ai entendu aussi l’autre dire

Que tu es ce qu’il n’est pas

Et ce que tu es est loin d’être ce qu’il n’est pas

Car, cher compatriote, je te connais mieux que l’autre

Il dit que tu es rancunier, égoïste, raciste, très méchant

Parce qu’il pense ne pas l’être

Or, avoir un regard pareil sur l’autre

C’est démontrer qu’on est soi-même l’autre qu’on juge

Car on détecte facilement ce qui ressemble

À ce qu’on possède déjà.

 

Compatriote, j’ai commencé à avoir peur de toi.

L’autre nuit, tu disais que l’autre était menteur

Et que toi, tu ne l’étais pas.

En disant cela, j’ai découvert que le menteur

C’était plutôt toi,

Car l’autre je le connais mieux que toi

Il est tout sauf ce que tu penses de lui.

 

Compatriote,

À force de t’évader de ta propre prison de préjugés,

Tu partiras à la découverte de toi-même.

Tu te connaîtras

Et tu te rendras compte que l’autre…

Il est ce que tu es.

 

Tu trouveras que l’autre,

Je veux dire,

 

Celui qui ne te ressemble pas

Celui qui a les yeux bleus que tu détestes

Celui dont la langue est du charabia pour toi

Celui dont le nez est pointu comme la colline Songa

Ou gros comme les briques de la cathédrale

Celui qui vient d’ailleurs

Qui n’est pas de la même région que toi

…Est une réponse à tes soucis.

 

Oui, tu découvriras que l’autre,

Je veux dire,

Celui que tu appelles ennemi

Est la personne qu’il te faut

Pour embellir l’avenir

Pour faire de la vie, une véritable passion.

 

Compatriote,

Quand tu le rencontreras, l’autre,

Ne refais donc plus la bêtise de le maudire !

Ne l’ignore pas !

Ne le déteste pas !

Ne le tue pas !

Car entre ses mains peut se trouver

La clé de ton succès.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.