Photo d'illustration: ©Iwacu
article comment count is: 0

Les fonctionnaires publics font-ils vraiment leur travail ?

En principe, l’accès aux services publics devrait être équitable pour tout le monde. Mais au Burundi, cela ne semble pas être le cas. Le blogueur Landry Ingabire s’interroge sur la mauvaise volonté et le système de deux poids deux mesures qui caractérisent certains agents publics.

Quand je vais chercher un document, dans la plupart des institutions publiques j’assiste à une injustice et une iniquité hors du commun. Je remarque qu’il y a ceux qui passent des heures, voire même des jours, à attendre des papiers dont ils ont urgemment besoin au moment où d’autres ne font qu’un seul passage pour avoir ce qu’ils veulent. Personnellement, j’ai passé deux mois sans papier d’identité alors que je me présentais tous les jours dans le service concerné.  

Avec le système de « kamwana wa mama » (le népotisme) ou celui du pot de vin, le service devient très rapide. Est-il normal que des fonctionnaires de l’Etat demandent de l’encouragement pour faire leur travail ? D’autre part, l’accueil auquel on a le droit laisse aussi à désirer. Ce dernier est souvent caractérisé par du mépris ou des humiliations. Mais ce qui fait le plus mal, c’est qu’il y a des gens qui sont favoris par rapport aux autres à cause de leur appartenance à un parti politique ou à leur statut social.

Recadrage

La solution pour lutter contre ces irrégularités est de créer un service de suivi dans toutes les institutions publique, ainsi qu’instaurer un système de respect de l’ordre d’arrivée. On a pu le faire sur les parkings de bus, pourquoi pas dans les services publics ?

Les fonctionnaires de l’État devraient mettre en application l’article 6 de la Constitution du Burundi qui stipule que le principe de la République du Burundi est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Et selon Abraham Lincoln, un ancien président des Etats-Unis, le peuple est la source du pouvoir.

Il faudra alors punir les fonctionnaires corrompus, inculquer la déontologie professionnelle notamment à ceux qui sont en contact direct avec les citoyens. Ces fonctionnaires doivent comprendre que leur salaires et primes viennent de la sueur du simple citoyen à travers les impôts et taxes.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.