Photo d'illustration: Pixabay

La bière et ses revers

De plus en plus de jeunes consomment l’alcool excessivement sans se soucier des conséquences sur leur santé. Le blogueur Carrel Ntunga tire la sonnette d’alarme tout en relativisant sur les méfaits de la mousse.

Dans notre pays le Burundi, l’alcool a une image plutôt positive, une image festive. La plupart de mes amis qui consomment la bière aime prononcer cette phrase : « Là où il y a de l’alcool, il y a de l’ambiance ». Et c’est ainsi que moi-même n’étant pas très fan de l’alcool, je me retrouve souvent à rentrer tard, plongé dans les bonnes blagues du comptoir ou autour d’une table noirci par les bouteilles de bières tout au long de la soirée. A la longue, s’installe une routine qui engendre une consommation excessive d’alcool pour profiter de cette ambiance.

L’alcool peut être bon pour la digestion lorsqu’il est pris après un repas, il décompose les aliments qui sont consommés et fait qu’il est plus facile pour la matière de se déplacer à travers le tube digestif. Médicalement, certains chercheurs ont établi que la consommation d’un ou deux verres d’alcool chaque jour diminuait les risques d’être atteint de maladies cardio-vasculaires au cours de sa vie.

« L’alcool tue lentemen

La consommation abusive de l’alcool est la troisième cause de décès après les cancers et les maladies cardiovasculaires. Elle est responsable directement ou indirectement d’environ 45 000 décès par an : la cirrhose du foie, l’hépatite, l’inflammation du pancréas, encéphalopathies, cancers des voies aérodigestives supérieures sont différentes maladies causées par l’abus d’alcool. Ce dernier est également responsable de nombreux accidents  de la route, d’accidents domestiques, d’accidents du travail, de suicides.

Malgré tout ça, peu de gens tiennent compte des risques et se rassurent par un : « ça n’arrive qu’aux autres ». Mais le hasard est imprévisible et un beau jour on se retrouve allongé sur un lit d’hôpital avec un foie en éponge et quelques jours à vivre, tout ça à cause de l’abus d’alcool.

Pour et contre…

Pour moi, je suis partagé pour la consommation de l’alcool. D’un côté je suis pour, parce que je suis d’accord avec le principe de la bonne ambiance qui règne quand la bière coule, et dans la mesure où l’on consomme avec modération. Mais je suis contre l’ivresse, la perte de tous ses moyens, des bonnes manières et des capacités motrices. Bref tout ce que l’on regrette le lendemain d’une grosse cuite.

S’il faut peser le pour et le contre, le contre l’emporte haut la main. Car comme les sages aiment le dire, « mieux vaut prévenir que guérir ».

Articles récents

Say your opinion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*