article comment count is: 5

Le facilitateur enterre le dialogue. Quelle est la suite?

La sortie médiatique de Benjamin Mkapa, ancien président tanzanien et facilitateur dans la crise burundaise, a fait l’effet d’une bombe. Pour une partie de l’opinion, qualifier le pouvoir de Bujumbura de légitime n’est rien d’autre que sonner le glas de toute solution pacifique dans la crise actuelle. Le blogueur Landry Burundi et le dessinateur Alif nous livrent chacun son interprétation de cette sortie inédite.

À l’annonce de la visite du facilitateur William Mkapa à Bujumbura, je me suis dit : « Bon, un autre voyage, encore des consultations ». En voyant son programme, j’avais aussi un peu de peine pour cette vénérable personne : un véritable marathon pour ce Mzee, qui a bientôt 80ans.

Eh bien, contre toute attente, avant de s’envoler vers son pays natal, le vieux a envoyé un vrai crochet du droit.  « Les gens qui doutent encore de la légitimité de Nkurunziza sont fous. Où est ce qu’ils tirent cela ? Ces gens ont perdu le nord… Quelle folie ! Vous pouvez me citer, je le répète ! ». Une sortie musclée, signée Mkapa !

Je l’avoue, celle-là, je ne l’avais pas vue venir ! Tel un Mike Tyson, il envoie une droite dans la face de tous ceux qui croyaient encore en une solution pacifique et négociée.

Mais au fait, qui sont ces ‘‘fous’’ ?

C’est peut être ces milliers de Burundais qui durant des semaines sont descendus dans la rue pour dire NON en bravant le feu nourri des policiers. Si c’est à eux qu’il faisait référence, malheureusement il ne serait pas le premier à le dire.

Ou est-ce les anciens Somambike (collaborateurs) du numéro un qui ont frondé parce que n’étant pas d’accord avec ce mandat ? Docteurs et professeurs d’université pour certains. Comprendre alors que personne, aussi éminent soit-il, n’est à l’abri d’un mal de tête qui peut virer en une folie.

Et cette phrase qu’on retrouve dans l’Accord d’Arusha, 2e protocole, chapitre 1er, Article 7 au point 3, élargit potentiellement le champ de ces probables ‘’fous’’ : ‘’Il est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ’’.

Cela voudrait dire que ceux qui se sont convenus de cet accord qui devait préserver les Burundais d’autres conflits étaient des rêveurs, voire des ‘’fous’’ ? Et que dire de ceux qui ont parrainé ces accords ? Les Mandela, Nyerere, Museveni… ou ce président tanzanien d’alors, un certain William Benjamin Mkapa (un homonyme sans doute). Est-ce que tout ce beau monde serait ‘’fou’’ ?

Et quelle est la suite maintenant ?

« Je n’ai jamais rencontré ces « putschistes », je demanderai aux pays qui les hébergent de les extrader vers le Burundi … », a déclaré le facilitateur.

Étonnant ! Celui qui devait aider à réconcilier les parties en conflit a adopté le langage de l’une des parties. Maintenant qu’est sonné le glas des négociations, quelle marge de manœuvre est laissée à ceux-là qui sont taxés de ‘’putschistes’’ ?

Les manifestations pacifiques ont été anéanties à coup de lacrymogène et balles de tous calibres. Maintenant c’est le tour des négociations. À quoi faut-il s’attendre maintenant?

« Hayaga abangana », dit-on (Discutent ceux qui sont égaux). Et que faut-il maintenant que ces ‘‘putschistes’’ fassent pour mériter de s’assoir sur la même table que le gouvernement ?

Je crains la réponse !

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Mais Je Trouve L’intervention De Mkapa Juste!Quel Gouvernement Au Monde Entier Avez-vs Vu Negocier Avec Les Gens Qui Ont Echoué A Un Poutch?Prennez L’exemple D’egypte,la Turquie Et Ailleurs!C’est Au Bdi Ce Peut Pays Sous L’obscure De La Belgique Où Vs Désirez Que S’arrive!Mais Le Jour Viendra Où La Jvstice Ns Jugera 2fois!

  2. Mzee mkapa juste!!Négocier avec des gens que je qualifie de cons suite à leur comportement effréné de méfiance farouche au patriotisme qui devrait être leur 1er caractère mais montrent-ils le contraire!!
    Leurs pensées dessuètes n’ont plus de valeur dans le Burundi de nos jours!!
    Vivez le Burundi, vive la paix,vive le pouvoir du peuple doué du bon sens de citoyenneté!

  3. La suite n’est pas dans les mains ni du gouvernement ni des opposants armés ou non. La suite de ce pays est entrain les mains du Seigneur, l’Imana que nos grands pères adoraient. Ce Imana dont les préceptes ont toujours accompagnés les burundais durant des siècles notamment l’amour du prochain, le respect de la dignité humaine et surtout l’amour de la patrie. L’avenir tant qu’on pensera qu’il est dans les mains de ces ventriotes, égoïstes qui n’ont pas de patience qui aime la vie facile et rapide, on restera toujours dans les problèmes. Les burundais qui croient en Imana doivent se réveiller et prendre le devant.

  4. un grand problème de comprendre l’actualité. lui le facilitateur a compris que le dossier est vide et que la folie de pourquoi pas moi (donc envie de devenir Président de la République) avait atteint tous les politiciens sans popularité et les soient disant de la société civile.foux parce qu’ils ont provoqué toutes sorte de violence :tuer et brûler les innocents parce qu’ils des membre du parti que celui du Président de la république ou ils ont voté pour lui. créer de l’insécurité à tout pris en lançant des grenades pour montrer à la communauté internationale que rien ne va. Forger de toutes pièces le GÉNOCIDE par des fausses image sur France 3 accusant les jeunes du parti au pouvoir de commettre beaucoup de forfait s même le génocide ,les appelant une milice tout ça pour les diabolisé.mais tout a été mis au grand jour avec l’apparition des jeunes armés majoritairement tutsi des quartier comme Nyakabiga ,Musaga et Mutakura. des quartier s qui étaient les fiefs des Sans Échecs. une milice tutsi qui était chargé d’exterminer les hutu et fait des ville morte. en attendant que la vérité éclate au grand jour nous félicitons tous qui ont compris le dossier et les manipulations et resté sereins face aux menaces des occidentaux dupé .

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.