article comment count is: 0

La liberté, un idéal inatteignable ?

En matière de liberté, le Burundi ne peut plus se targuer d’être un modèle. Et pourtant le pays avait déjà franchi une étape considérable dans ce domaine. La liberté aurait-elle finalement une date de péremption ? Nous n’avons peut-être pas encore franchi le point de non-retour mais depuis mai 2015, les Burundais ont l’impression d’avoir pris un virage à 180 degrés.

Le pas franchi était immense admettons-le, même s’il y avait des imperfections. Comment expliquer alors qu’en si peu de temps, les Burundais eux-mêmes n’arrivent plus à reconnaître leur pays ? Le Burundi, qui était en passe de devenir un cas d’école en matière de libertés ne fait plus tellement bonne figure. La politique nous a de nouveau fait entrer dans période sombre. La guerre des égos a pris le devant. Faudrait-il pour autant suivre le rythme imposé et renoncer à la liberté, l’un des attributs fondamentaux de chaque humain dans une société civilisée ? 

Comment comprend-on la liberté chez les étudiants Burundais ?

SFL (Students For Liberty) a récemment organisé une compétition dans certaines universités de Bujumbura avec comme thème « Les principes et fondements d’une société libre ». Le débat fut houleux mais en tant que juré, je ne pouvais pas intervenir. Pourtant, je rejoignais les arguments  d’un des camps protagonistes.

Mon constat est que la crise actuelle a influencé, d’une manière insoupçonnée, la manière de penser de nos étudiants.

Même si certaines théories comme  le contractualisme, la théorie du Léviathan ou encore le contrat social permettaient d’avancer une bonne argumentation, certains étudiants ont dû faire face à des défis. Par exemple, pour certains, il était difficile de dissocier un Etat d’un gouvernement. Ceci peut aussi se comprendre du fait qu’en Kirundi, « Leta » peut à la fois désigner un Etat ou le gouvernement. Dans d’autres cas, il était aussi facile de tomber dans toutes sortes de raccourcis et ainsi bâcler son exposé, d’autant plus que la question directrice du débat était plus ou moins tordue : « Dans une société libre, ne devons-nous pas protéger les gens d’eux-mêmes ? »

Une fin en beauté

L’université du Burundi, campus Mutanga, a remporté le grand prix de la compétition. Mais le but n’était pas de trouver un gagnant. Comme l’indique Aimable Manirakiza, représentant de SFL au Burundi, «  le but est de promouvoir la pensée libre chez les étudiants »

La finale qui avait opposé l’université du Burundi, campus Mutanga à l’université du Lac Tanganyika a connu une fin palpitante. Le débat était houleux, riche et passionnant. Aimable Manirakiza représentant du SFL ainsi que Egide Nikiza, capitaine de l’équipe gagnante, nous parlent de la compétition dans cette vidéo.

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.