Photo d'illustration: Flickr
article comment count is: 2

Burundi vs Rwanda : les jeunes entre le marteau et l’enclume

Dans le bras de fer qui oppose le Burundi et le Rwanda, un détail qui témoigne de la tension grandissante entre les deux pays a failli passer inaperçu : début novembre, cinq jeunes étudiants burundais se sont vus refuser de participer au 5e débat interuniversitaire de l’EAC sur l’intégration régionale, qui se tenait à Kigali. Le blogueur Yannick Ndayisaba revient sur une situation qui pénalise la jeunesse.

En date du 31 octobre et du 1er novembre, s’est tenu à la Kigali Independent University le 5e débat interuniversitaire de l’EAC sur l’intégration régionale. A l’issue de ce débat annuel, cinq étudiants sont désignés comme ambassadeurs de la jeunesse, soit un ambassadeur par pays membre de la Communauté Est africaine. Sur la liste de la délégation burundaise figuraient six jeunes dont deux filles finalistes du débat national préparatoire au débat régional. Après de longues et rudes préparations et alors qu’ils étaient prêts à décoller pour représenter le Burundi, une décision irrévocable, émanant du gouvernement, leur a été annoncée : « Pas question d’aller au Rwanda !» Ils n’eurent droit à aucune autre forme d’explication. On est tous habitués à ce que le Burundi s’absente des compétitions internationales ou régionales faute de moyenspourtant, dans le cas présent, c’est l’EAC qui assurait tout. Pourquoi donc ce désistement ?

Kigali « l’indésirable »

Cette mesure radicale ne fait qu’empirer la nature des relations diplomatiques entre le Burundi et le Rwanda. Analysons les faits suivants : en juillet dernier, le Burundi s’était retiré du sommet de l’Union africaine tenu à Kigali. Les quatre premiers débats interuniversitaires s’étant respectivement tenus hors du territoire rwandais,  en Tanzanie pour les deux premiers puis au Kenya et en Ouganda, le Burundi y avait participé avec tous les honneurs. Pourquoi donc cette attitude quand arrive le tour du  Rwanda ?

Admettons que Bujumbura ait craint pour la sécurité des représentants du gouvernement. Mais les jeunes invités au débat et les anciens ambassadeurs regroupés au sein de l’EAC Youth Ambassadors Platform étaient-ils tous pour autant menacés ?

Cette hostilité envers le Rwanda nous donne à réfléchir sur deux choses : comment en arriverons-nous à une fédération politique, ultime ambition de l’EAC, avec une communauté aussi fissurée ? Le Burundi étant censé accueillir le prochain débat, quel accueil sera réservé à la délégation rwandaise ?

La jeunesse, une majorité minorisée

« Ambassadeur » ! Quel honorable statut. La jeunesse de la communauté Est-Africaine représente plus de 60% de sa population. Mais a-t-elle assez de poids pour influencer les décisions qui l’impliquent ou la concernent ? Le cas de la délégation burundaise gardée prisonnière chez soi en dit long sur le pouvoir de cette dernière.  On ne cesse de nous chanter que nous sommes des leaders de demain, que nous sommes la clé du changement et j’en passe. Le statut d’ambassadeur n’est pourtant pas anodin. Pour agir en faveur d’une bonne intégration régionale de la jeunesse burundaise, l’ambassadeur doit composer avec la langue (le Burundi est le seul pays francophone au sein d’une communauté anglophone), l’impact de la crise sociopolitique que traverse notre pays sur la jeunesse tandis que le chômage handicape les aspirations, l’ascension sociale et l’épanouissement des jeunes. Pourtant, il semblerait que le jeune ambassadeur – quand il y en a – ne sert que de caisse de résonnance de l’EAC, et non pas des jeunes, comme le prétend son titre. Paternalisme exige, c’est le gouvernement qui, par ses directives, se retrouve à présider aux destinées de la jeunesse, à décider pour elle de ce qui est bon ou pas. Et finalement, on ne sait plus qui incarne le plus le leadership de demain. Le pouvoir ou la jeunesse ?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. La situation entre le Burundi et le Rwanda est temporelle malgre son acuite. Donc il ne faut pas se voiler la face – il y a des tensions entre les deux pays et on les gere differemement. Mais cela va surement passer.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.