Jean de Dieu Mutabazi lors de la commémoration du 55è anniversaire de l'assassinat de Prince Louis Rwagasore

#YagaDécodeur : #Nyakuri, le pirate

Dans la langue Kirundi, le terme « Nyakuri » est à l’origine utilisé pour désigner ce qui est vrai, original. Mais « Nyakuri » a évolué et depuis quelques années son sens a changé. Le blogueur Rivardo Niyonizigiye nous plonge dans une histoire de scission politique qui a changé la vérité en mensonge. 

Bien qu’il ne soit pas directement lié au troisième mandat, ce mot marque l’histoire récente de la politique burundaise : la division des partis politiques visant à fragiliser l’opposition. Ce mot reste d’actualité parce qu’il s’ajoute à la liste des facteurs ayant marqué la genèse de la crise qui a éclaté en 2015.

« Ce qui est véritable»

Nyakuri signifiait « porteur de vérité », « le véridique », « caractère de ce qui est vrai ». Ukuri signifie « vérité » au sens le plus large. Avant juin 2008, date de la création de l’aile Frodebu Nyakuri iragi rya Ndadaye, le terme « nyakuri » était couramment utilisé dans les conversations pour dire qu’une idée, une opinion ou un fait, étaient vrais, authentiques. Mais c’est à partir de cette date que l’utilisation de ce mot a changé. Il est devenu le mot à éviter. Son usage dans les conversations formelles a diminué.  Aujourd’hui, si on dit à un Burundais, que tel fait est « nyakuri », il comprend désormais le contraire : le pirate, la falsification bref, tout ce qui n’est pas original. 

La Nyakurisation

Du mot nyakuri est venu le verbe nyakuriser et enfin le nom dérivé, la Nyakurisation. « Nyakuriser » est devenu synonyme de pirater, de dupliquer. Le phénomène remonte en 2007. Menacé par le manque de majorité parlementaire qu’il venait de perdre avec l’éviction de son patron Hussein Radjabu et les vingt-deux députés qui lui étaient fidèles, le parti au pouvoir a choisi de se lancer dans les manœuvres de division des partis de l’opposition représentés au Parlement. C’est ainsi que le Frodebu Nyakuri naîtra avec Dr Jean Minani à sa tête, emportant à son compte 12 députés qui roulaient tous pour le parti au pouvoir. Même modus operandi pour l’Uprona et le FNL. 

Aujourd’hui, « nyakuri » n’est plus utilisé pour parler du vrai. 

Une mauvaise politique nous a obligé à changer la vérité en mensonge !

Articles récents

Recent Comments ( 2 )

Say your opinion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*