article comment count is: 3

La menstruation et la sexualité : sujets tabous à Goma !

À Goma, avoir ses règles pour une jeune fille est un calvaire. Les parents ne veulent pas en parler à leurs filles. Il faut se débrouiller pour gérer cette période pas toujours facile. 

C’est le 5 octobre. Comme d’habitude, je dois intervenir auprès de mes amies pour gérer leur cycle menstruel. Elles sont deux et encore mineures. Leurs règles sont successives, de 3 à 4 jours, et débutent généralement le 9 ou le 10 de chaque mois. Ces changements physiologiques brusques les rendent très nerveuses. Elles sont gênées dans leur propre corps !

Dans la famille, les garçons sont plus nombreux qu’elles. Comme elles ne sont que deux filles, l’entraide s’impose pour affronter ce moment difficile de la puberté pour une jeune fille. Nous vivons dans le même quartier. Elles sont mes voisines et elles me considèrent comme leur grande sœur. Donc, c’est à moi de leur raconter comment ça se passe : la menstruation. Alors que leur mère et leur père sont juste à côté. C’est leur devoir parental pourtant. Ils devraient donner des leçons et une éducation sexuelle à leurs filles !

« On ne parle pas de sexe devant les parents »

Mais malheureusement pour mes amies, c’est un sujet tabou dans leur famille. « On ne parle pas de sexe devant les parents. C’est offensant et réservé aux grands », m’a dit l’une d’elle un jour. Leurs parents sont protestants et très attachés aux coutumes et traditions locales qui interdisent de parler de sexe à ses propres enfants. Ce qui amène ces deux jeunes filles dans une impasse et exposées aux dangers, par manque d’informations sur leur situation. Pourtant, elles sont désormais de vraies femmes.

Lisez la suite sur Habari RDC

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Merci vraiment pour ce sujet.
    Il est vrai, nous voyons des filles qui posent beaucoup de questions en classe sur la Menstruation quand nous sommes dans le cours d’éducation à la vie. Et c’est le moment qu’elles en profitent pour en poser. Or les uns ont honte, et ils gardent leurs secrets en elles.
    Donc ce sont les parents qui doivent leurs données la première éducation assidue sur la sexualité.
    Merci

  2. C’est toujours comme ça chez les noirs ils pensent que parler du sexe à ses enfants c’un sujet tabou mais quand ces derniers vont découvrir d’eux même et pratique cela les parents commence encore a pleurer.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.