article comment count is: 0

Elue du peuple ou de Dieu ?

On aura tout dit et tout entendu lors de la session des parlementaires burundais ce 12 Octobre 2016. Une session convoquée pour analyser et voter un projet de loi portant sur le retrait du Burundi de la Cour pénale internationale. Si certains parmi les élus se sont fait remarquer par des positions très tranchées, l’Honorable Persile Mwidogo  a placé la barre très haut. Le blogueur Alain Amrah Horutanga s’interroge sur cette sortie décriée.

L’Etat islamique ne serait pas à plaindre à côté de notre Honorable Persile. Même technique : le terrorisme au nom de Dieu. Si l’on n’écoutait pas la voix de Dieu, on répondra devant la « juridiction divine ». Avec une élue aux idées fondamentalistes, sa circonscription électorale intrigue plus d’un. Représente-t-elle seulement les croyants ? A voir de près ses interventions, c’est sans aucun doute une « born-again ». Un danger pour la laïcité de la République.

Lors du vote du retrait du Burundi du statut de Rome par l’Assemblée nationale, l’Honorable Persile Mwidogo s’est une nouvelle fois illustrée par ses citations bibliques. Non seulement pour appuyer ses convictions mais aussi pour « terroriser » une partie de ses collègues. Du fanatisme à l’état pur.

« Son excellence [s’adressant au président de l’assemblé), si vous m’accordez un peu de temps, Dieu vous bénira ». Pari gagné. Elle a pu obtenir la parole pour mener à bien son combat. Madame la représentante du peuple, de son titre aussi digne qu’elle porte, d’Honorable, peut se permettre, en toute liberté, de mettre ses collègues dans une bulle dont la plupart, s’en sortiraient difficilement. La première étape était franchie : avoir la permission de lire la Bible afin de convaincre ses collègues de la « volonté divine » pour le Burundi de se retirer de la Cour Pénale Internationale.

Quid du principe de laïcité ?

« Celui ou celle qui ne votera pas ce projet de loi répondra devant Dieu! », déclare Persille Mwidogo à ses collègues de l’Assemblée nationale. La menace : aller à l’encontre de la volonté divine sera fatal pour chacun de vous. Quelle différence peut-on établir avec Daesh ?

Cette démarche anti-démocratique ne diffère en rien de la propagande de l’Etat islamique. Car eux aussi savent très bien que celui qui va à l’encontre des recommandations de Dieu, sera tenu responsable devant Lui. Lire des versets bibliques en pleine Assemblée nationale sera-t-il désormais un acte quelconque ? Dans ce cas, le gouvernement devrait instaurer une théocratie. L’ultime atteinte au principe de la laïcité de l’Etat consacré par la Constitution !

De l’ignorance au terrorisme

En décembre déjà, elle faisait parler d’elle en avertissant tous ceux qui seraient contre la volonté du président Nkurunziza subiront le châtiment de Dieu car il a été choisi par Dieu pour diriger les Burundais.

Sait-elle au moins que sa circonscription électorale est aussi diversifiée que cette Assemblée ? Elle comprend des athées, des animistes, des musulmans, des opposants, etc…

Les illuminés n’ont pas leur place à l’Assemblée Nationale mais dans une secte !

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.