article comment count is: 13

« Chère petite sœur, les temps ont changé »

Voici une lettre destinée à la petite sœur de la blogueuse Bella Lucia Nininahazwe. Les mises en garde adressées à cette jeune fille qui rentre à l’internat sont une leçon de survie pour toute personne qui vit au Burundi, un tableau pas très reluisant de ce qu’est devenu notre pays depuis quelques temps.

Je prends l’initiative de rédiger cette missive pour toi. Je me sens le devoir de le faire. J’aurais aimé te le dire face à face. J’aurais préféré voir tes réactions, contempler  ton visage et voir l’écho de chaque mot dans ton cœur. Mais la distance ne me le permet pas. Néanmoins, je griffonne cette lettre en espérant que tu vas méditer sur chaque mot .Je l’écris en pensant à toi et à ton avenir. Lis-la en pensant à ton avenir, à ta responsabilité et surtout à  ta personnalité.

Tu grandis de plus en plus vite. Sois prête à affronter les réalités de la vie. Vois-tu, beaucoup de choses ont changé. La preuve en est qu’il t’a  fallu dormir à la belle étoile parce que tu n’avais pas amené avec toi ton matelas. Autrefois, quand tu allais dans une école à régime d’internat, tu n’avais pas besoin de te munir d’un matelas. Tu as peut-être entendu l’histoire de nos amis du nord qui doivent se munir de quelques kilos de haricots comme ration. Ça ne devrait pas créer de polémiques car ce sont eux qui en bénéficient, nous dit-on, tout comme le fait de te munir d’un matelas ne devrait pas te révolter parce que c’est toi qui y dors. Mais pour moi, ça signifie quelque chose d’important : Les choses ont changé.

Prends-soin de toi ma petite. Prends soin de tout et de chacun. Tu sais, à notre époque nous nous amusions à dessiner dans nos livres, nous y gribouillions n’importe quoi. Pour l’amour de Dieu, médite sur chaque action avant de la faire. Nous avons eu la chance d’être gâtés, ce n’est plus le cas pour votre génération. La défiance a remplacé la tolérance. Vous devez faire avec. L’amour et le respect envers tes éducateurs est un devoir. Avant de penser à d’autres droits, pense d’abord à ton droit à la vie et, c’est toi seule qui en es la garante ces jours-ci. Oui, tu dois éviter les réactions de masse et réfléchir avant de faire quoi que ce soit.  

Enfin souviens-toi pourquoi tu es partie aussi loin. C’est la vie. Le secret de la vaincre c’est de collaborer malignement mais aussi de l’aimer telle qu’elle est. Ceci pour te dire, que tu dois être fière de qui tu es et tu dois savoir apprécier chaque minute de ta vie. Tu sais ma chérie, tu devras te faufiler pour te créer ton identité, la vraie toi, que tu aimerais voir. Choisis bien pour ne pas regretter plus tard. Je sais que tu rencontres des enfants de différentes classes sociales. Ne soit jamais arrogante : sois humble et compatissante. Je prie pour que tu apprennes à vivre chaque minute comme si c’était la dernière.

 

A bientôt,

Ta grande sœur.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (13)

  1. sa me touche vrmt! Lucia une Gargantua de l’epoque. Vraiment inspirante cette petite lettre, L’amour et le respect est un devoir.
    Surout le droit a la vie.
    Le bon choix pour ne pas le regretter plus tard.

  2. J’adore, je l’adore, je t’adore, franchement c’est une lettre très très très très très très très riche en valeurs affichées .
    Bigireko bibe akarorero kubandi !!!!
    Bravooo Bella, je suis très fier de la lettre et de la rédactrice en particulier !

  3. Hmmm! ça c’est la parole de la chère nièce @ Bella Nininahazwe! Je savais que tu étais capable de beaucoup de choses mais là tu viens de…. (complète toi-même)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.