article comment count is: 0

Kinshasa : la sape, plus qu’une culture, une religion

Jadis considérés comme un groupe de délinquants, fumeurs de chanvres, analphabètes, aujourd’hui les sapeurs de Kinshasa ont pris une nouvelle envergure. Plus qu’une culture, la sape est devenue une religion.

Ce mouvement  intervient, aujourd’hui, en faveur de la non-violence et pour la paix. Les sapeurs s’affrontent à travers l’élégance et non par les armes comme le fait une certaine partie de la société congolaise. La « religion Kitendi », comme nous l’appelons ici, démontre aujourd’hui que la sape porte une connotation positive dans la société. Découvrez en images le quotidien de la nouvelle classe des sapeurs Kinois.

photosape1-616x372Usant d’une démarche qui leur est propre, le groupe est conduit par un enfant sapeur en direction du cimetière de la Gombe pour visiter la tombe de Stevos, le père fondateur du mouvement de la sape.

photosape2Arrivé devant la tombe, un sapeur venu de Londres spécialement pour l’occasion, s’assoie près de la sépulture du N’ganshye (le chef). Une façon pour lui de se prosterner et lui rendre hommage. Il a des faux airs de Michael Jackson.

photosape3Au départ, la sape ne concernait que les hommes, du fait de son caractère délinquant. Mais aujourd’hui, la sape intéresse aussi les femmes, comme Mineur. Elles sont de plus en plus nombreuses, les femmes qui n’ont pas honte de s’exhiber devant un public.

photosape4Après avoir rendu hommage à Stervos Niarkos, les femmes sapeurs (pour ne pas dire les sapeuses), posent sur le légendaire boulevard du 30 juin.

Lisez la suite sur Habari RDC

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.