article comment count is: 2

Le porno : « une représentation violente d’un acte dépourvu d’amour »

Le X, le porno, ou le porn pour les anglo-saxons, sont autant de termes qui sont utilisés pour désigner la pornographie. Une réalité dont on parle rarement chez nous, mais dans laquelle évoluent plusieurs jeunes. Le blogueur Franck Nziza nous rappelle les conséquences de la consommation de ce contenu pour les plus jeunes.

Il y a quelques années, le tabou entourant la sexualité au Burundi avait plus ou moins protégé ses enfants des effets néfastes de la consommation de films X. Mais comme notre pays n’est pas une île, la mondialisation a brisé toutes les barrières. De la bande VHS en passant par le DVD, le X  a su s’adapter, et s’améliorer.

L’essor dans le monde de la production vidéo vers les années 2000 a été comme une étincelle, qui a viré au brasier au fur à mesure, de manière exponentielle : le DVD, la télévision numérique, l’apparition des premiers cyber-cafés, et pour couronner le tout, les smartphones.

Du coup, n’importe quelle personne disposant d’une connexion internet ou qui a payé un abonnement Startimes ou Télé 10 peut aujourd’hui avoir libre accès à la pornographie.

Des conséquences tous azimuts

De ce fait, les enfants se retrouvent face à une sexualité débridée, basée sur une représentation violente d’un acte dépourvu de tout amour, une relation totalement mécanique entre deux ou plusieurs individus. Si certains  adultes comprennent facilement le caractère fictif de ces images, ce n’est pas le cas pour la plupart des enfants et des adolescents.

Dans la naïveté totale, ces jeunes voudront imiter ce qu’ils ont vu sans jamais pouvoir y arriver. Et bonjour la déception, le manque de confiance en soi sans oublier divers complexes, soit liés à la taille du sexe, soit aux performances, etc.

Le contrôle parental inexistant

A défaut de pouvoir limiter l’expansion grandissante de l’industrie du X, différents moyens de contrôle pour les enfants de moins 18 ans existent, que ce soit dans les décodeurs, les fournisseurs d’accès à l’internet, etc. Pourquoi ces systèmes ne sont pas utilisés afin que puissent accéder à ces vidéos seulement les adultes qui savent en quoi ils s’engagent ? Et ce ne serait pas une expérience sans précédent car certains pays appliquent déjà cette politique.

Bref, si rien n’est fait à tous les niveaux, du parent à l’autorité publique pour stopper cette consommation du porno par les enfants et les adolescents, le grand risque est de se retrouver avec une génération vivant une sexualité trop précoce et purement mécanique.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. ce vraiment dangereux pour les ados meme les adultes,parceque ça detruit la memoire.et aussi ça influence tros les humanité de prantique ces actes qui ougmente les taux de sexualité sans engagement en mariage ou avant le mariage,qui ne donne pas trop de confiance a l’un de conjoint a l’autre.

    1. Regarder ces vidéos c’est poser un acte autodestructeur; c’est nourrir son âme des débris sexuels et les conséquences sont très lourdes a court ou a long terme.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.