article comment count is: 0

Burundi : allons-nous souffrir de La Nina ?

Au Burundi, La Nina est un phénomène peu connu des gens. Apportant la sécheresse au Burundi, elle peut avoir de graves impacts quand elle frappe. Le blogueur Prosper Niyonkuru se demande si nous allons en souffrir cette année et comment nous en protéger.

Le Burundi connaît principalement trois saisons culturales. C’est pendant les saisons pluviales A et B que les Burundais cultivent la plus grande diversité de plantes car cette période est la plus longue et aussi la plus favorable aux cultures. Cette agriculture se fait surtout sur les collines. La saison C, c’est la saison sèche qui est le moment de la récolte ou de la culture dans les bas fonds humides. Elle est généralement la plus courte des saisons. Dans le cas contraire, la population n’a plus qu’à s’attendre au désastre causé par son éventuelle prolongation.

Aujourd’hui, des chuchotements commencent à se faire entendre disant que la saison sèche pourrait être longue cette année. Certains disent que nous sommes sous la menace de La Nina. La Nina est un phénomène climatique qui se traduit par une diminution de la température à la surface des eaux de l’Océan Pacifique, autour de l’équateur.

Cultiver dans les marais

Les conséquences de La Nina sont diverses car elle ne frappe pas toutes les régions du globe de la même manière. Ainsi on observe une augmentation du nombre de cyclones dans le Pacifique Ouest, une tendance à la sécheresse en Afrique de l’Est et l’Amérique du Sud, une humidité accrue en Afrique australe, etc. Au Burundi, nul n’ignore les dégâts que cause la sécheresse. En plus de la famine chez les hommes, le bétail n’est pas épargné.

Dans le journal du lundi 1er août 2016 sur la Radio Isanganiro, le Directeur provincial de l’agriculture et de l’élevage à Gitega a appelé les cultivateurs de sa province à privilégier les cultures qui résistent à la sécheresse, comme la patate douce et les légumes. Il a aussi sensibilisé la population à cultiver dans les marais et leurs abords. Ces conseils méritent d’être pris au sérieux et pas seulement dans la province de Gitega mais aussi dans toutes les provinces du pays. Nous devons nous protéger des conséquences néfastes de ce changement climatique.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.