article comment count is: 3

16 Résolutions ? Non, C’est assez !

La résolution 2303 du Conseil de Sécurité des Nations unies aura fait couler beaucoup d’encre. Pour le blogueur-slameur Ezéchiel Ndayizeye, elle est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Son poème est un cri de révolte, un pamphlet contre les puissances occidentales, et une énième déclaration d’amour à son pays. 

Je parlais de ces  pays qui partent en fumée,

Qui répondent au son de la civilisation empoisonnée

Sur cette terre malmenée

Par les « démons-de-la-cratie ».

Ces pays bêtement ensoleillés

Par les soleils des brûlantes jalousies,

Qui changent incessamment de couleur

Sous l’effet de la vapeur des pipe-lines

Conduisant le tant convoité « or noir ».

 

Une voix enrouée s’élève au milieu du tumulte

De ceux qui réclament leur passé en vain :

16 résolutions ?…Non, c’est assez !

On n’avait jamais vu ça nulle part.

Le poète martyrisé dernièrement,

Celui qui avait eu l’audace de s’opposer

A la folie des termites drogués, avait posé la question :

Comment ?

… Comment donner du miel par amour d’une patrie

Rongée de rumeurs et de mépris ?

Pour le respect de la souveraineté d’un peuple

J’exige le silence !

 

Dans ma tanière natale,

J’entends encore les vents souffler

Emportant les fleurs en pleine éclosion.

Puissent les dieux me venir en aide

Pour fermer la gueule des fanfarons,

Afin de voir venir les beaux jours,

Afin de contempler le sourire vrai

Des femmes en quête d’un havre de paix.

 

Je lance mon regard émerveillé sur ma terre natale

Qui refuse de se voir piétinée encore.

Ma terre qui va monter la seconde brique

Sur le chantier de la grandeur.

 

Il y a tant de routes à achever.

Il y a tant de villes à ériger.

Il y a tant de cœurs à cicatriser.

Il y a toute une population à illuminer.

 

Pour avoir salué le développement,

Pour avoir refusé d’avaler l’omelette de la haine,

Pour avoir manifesté de l’amour patriotique,

Mes yeux ont été arrachés

Et mes oreilles bouchées.

Dès cet instant,

J’ai connu le visage de l’hypocrisie,

J’ai bu les eaux amères,

J’ai senti les douleurs de l’enfantement.

Dès cet instant magique,

J’ai la tête qui tourne 24h sur 24

Une tête d’enfant violent

Qui massacre le temps

Et qui compte les jours :

Le sixième jour…le peuple se lèvera.

La vérité longtemps étouffée se révoltera.

Le petit pays se remettra

Et le manteau des vampires déguisés s’éclipsera.

 

Ezéchiel NDAYIZEYE.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.