article comment count is: 0

Twittoscopie : Jean Bigirimana, la France, Rio, retour sur une semaine à rebondissements

Les jours passent et se ressemblent. Au Burundi, les manifestations, les disparitions, les ironies deviennent monnaie courante au point qu’il est difficile de les dénombrer. Et la semaine du 1 au 7 août n’a pas dérogé à la règle. Qu’en pensent les abatwip ?

La semaine du 1 au 7 août a été marquée par l’interdiction pour les transports en commun de traverser la frontière rwando-burundaise. Cette mesure vient s’ajouter à celle interdisant aux Burundais d’exporter des produits vivriers au pays des mille collines.Une décision qui va en  contradiction avec l’un des principes fondateurs de la communauté Est-africaine : la libre circulation des biens et des personnes.

Ces mesures ne se fondent sur aucun document légal. De qui viennent ces ordres ? Combien de temps durera cette interdiction ? Des questions qui n’auront certainement pas de réponse.

Si certains #abatwip estiment que la mesure interdisant d’exporter au Rwanda porte déjà des fruits, d’autres pensent qu’elle pénalise plus les Burundais que les Rwandais.

Les deux chambres du parlement burundais ne devraient-elles pas interpeller le gouvernement ?

La fête et les manifestations

Il fallait bien faire d’une pierre deux coups. La fête des communes au Burundi était une belle occasion pour revigorer « l’esprit patriotique » chez certains. Le gouvernement a donc sauté sur l’opportunité. En plus des réjouissances, il fallait déverser sa colère « contre l’ingérence » étrangère. Les Nations-Unies, la France et le Rwanda ont-ils senti la colère des communes burundaises ? Après la danse, les chants et les discours, il fallait un breuvage. Quoi de mieux ! On avait trop crié, trop dénoncé. Les gorges ne cessaient de réclamer.

Où est passé Jean ?

Cette semaine n’a pas été de tout repos pour la rédaction d’Iwacu. En plus de cette disparition du journaliste Jean Bigirimana et de l’enquête d’Iwacu, Willy Nyamitwe, l’ancien patron et collègue du disparu, a fait quelques tweets. Une série de tweets qui n’est pas passée inaperçue, et qui a fait beaucoup réagir.

Rio, le Burundi gagne 

La cérémonie d’ouverture des jeux olympiques a été unanimement saluée. Les Burundais et d’autres nations, ont attribué à la délégation burundaise la médaille de l’une des plus belles tenues de la cérémonie. Pour une fois, nous sommes arrivés à un consensus.

Et la provocation s’invite toujours.

https://twitter.com/jabaga70/status/762318451516051456

Le retour des « sauveurs » ?

Trois mois après leur disparition des réseaux sociaux, ceux que certains abatwip n’hésitent pas à qualifier de « rébellions virtuelles », sont de retour. Par une série de tweets, photos à l’appui, mais à visages cachés, ils ont démontré qu’ils n’avaient pas disparu, virtuellement.

La RTNB et son homme à tout faire faire

C’est la déclaration virale de la semaine, elle a surtout circulé sur Whastapp où des milliers de Burundais se sont demandés qui était finalement le nouveau patron de ce média public. Un philosophe ? Ce qui est sûr c’est qu’en faisant faire faire, on finit par dévier les défis.

Je me suis souvenu de Maurice, dans le film « les profs », professeur québécois de philosophie, avec sa fameuse phrase:« Enseigner la philosophie pour moi, c’est comprendre qu’on ne comprendra jamais rien d’autre que notre propre incapacité à comprendre notre incompréhension. ».

Le tweet de la semaine

Si vous avez compris ce qu’il a voulu dire, faites-moi signe parce que j’ai usé de tous les dictionnaires, je n’ai rien trouvé. Même si @kanounou1 semble avoir trouvé la réponse, je ne suis toujours pas convaincu.

 

A la semaine prochaine

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.