article comment count is: 0

Twittoscopie : Arusha II, une série qui n’en finit pas

Des hommes politiques tels des acteurs de cinéma dans Arusha II, des #abatwip qui comparent tout, même l’incomparable, des comptes twitter qui se confondent, la twittosphère burundaise nous a encore étonné en cette semaine du 11 au 17 juillet.

Comme Rambo I, II, III et IV ou encore les télé-novelas mexicaines, le Burundi assiste à un film dont le scénario est unique. Les acteurs aussi. Les épisodes sont nombreux. Les lieux de tournage sont aussi variés qu’exotiques : Entebbe, Arusha… Encore une fois, la crise burundaise pourrait prendre fin aux « pieds » du colosse Kilimandjaro.

Mais en attendant, régalons-nous des prouesses de nos acteurs. Ils auraient certainement pu faire l’objet d’un billet entier, mais restons en aujourd’hui à l’hebdomadaire Twittoscopie. Après tout, c’est ma façon de faire. Au-delà de mon ressenti, comment est-ce que la twittosphère burundaise a réagi  au dernier #BurundiDialogue ?

https://twitter.com/williamndiho/status/753892010923261952

Si dans le monde nous n’avons aucun acteur de cinéma connu, nos leaders, acteurs politiques et de la société civile, ont offert au monde un spectacle ahurissant. Comment les Burundais peuvent-ils être fier de leur pays avec de tels représentants ?

Tout y était : effets spéciaux, maquillages et surtout de très bons acteurs à l’écoute du réalisateur Mkapa. Digne, fils héritier du défunt père de la nation tanzanienne, Mwalimu Nyerere, il nous a fait découvrir en temps réel, grâce aux réseaux sociaux, les mêmes tractations qu’ Arusha I a connues. Ils sont prénoménaux nos acteurs. Voici quelques prises.

Le Burundi en Turquie

Il ne s’agit pas de la dernière visite de la première dame dans ce pays qui était autrefois l’Empire Ottoman. Il y a similarité avec le Burundi : un coup d’Etat manqué qui a failli renverser le président Erdogan. Les abatwip, comme il est désormais d’habitude, n’hésitent surtout pas à s’offrir une occasion de débattre chaque fois qu’il y a à comparer. Cette tentative de coup d’Etat a largement occupé les abatwip. Le sujet a failli éclipser le #BurundiDiaologue sur twitter. Pour certains tweets, passez-vous de l’orthographe.

https://twitter.com/williamndiho/status/754206740216999936

Le Burundi a condamné la prise du pouvoir par les armes. Mais tout est à nuancer : Un tweet de Willy Nyamitwe, conseiller à la présidence chargé de la communication, a reçu un accueil contrasté. Disons-le, jusqu’à la fin des temps, deux camps se démarqueront au Burundi.  Est-ce dans notre ADN ?

Pendant la discussion,un homme, qui vient on ne sait d’où, gazouille, peut-être dans une langue que personne ne comprend. Bien évidemment, il n’aura pas sa réponse. Il pose une question qui, visiblement, manque de cible sur son chemin. Qui pour répondre ? Le silence !

https://twitter.com/2015Muco/status/754355236064653312

Si tu n’es pas calé en politique internationale, vraiment, « shauli yako »* Mais la comparaison ne s’est pas arrêtée au Burundi, elle a traversé les frontières. L’ « insaisissable » Daniel Kabuto, en a aussi profité pour en rajouter une couche.

Dans cette rocambolesque histoire,l’Etat burundais n’a pas hésité à condamner cette tentative de coup d’Etat.Un flash ? Bon, il en sait quelque chose, je l’avoue.

Assassinat de Hafsa Mosi, les coupables désignés !

Les sympathisants du pouvoir et de l’opposition semblent n’avoir plus de lignes rouges. Même quand la mort frappe un être aussi adulé par tout un peuple, respecter sa mémoire devient demander l’impossible chez certains abatwip qui, une minute après,nous donnent les résultats des enquêtes. Et paf… les coupables sont désignés. Faites-vous une idée.

A quelques exceptions près, et comme quoi, même au bout du tunnel, il y a espoir de retrouver des têtes pensantes et qui réfléchissent.

Les tweets de la semaine

Qui tweete pour les secrétaires généraux de l’EAC ? Après la douloureuse nouvelle de l’assassinat de l’ancienne porte-parole du président Nkurunziza, le compte de l’ancien secrétaire de l’EAC, Sezibera et celui de l’actuel secrétaire Mfumukeko, avaient un tweet identique. Le même message s’est retrouvé sur les deux comptes avec la même syntaxe. Etait-ce une erreur du « scribe » ? Un copier-coller comme certains le pensent ? La réponse se trouve peut-être dans les questions. Richard reconnaît quand même la coïncidence.

La confusion serait-elle allée trop loin ?

L’image de la semaine

L’image de la semaine nous vient tout droit d’Arusha. La photo provient du compte de l’envoyé spécial des Etats-Unis dans la région des grands-lacs. Que se disaient-ils ? Comme vous, j’aurais aimé être là pour savoir de quoi ils discutaient.

En attendant le prochain épisode de la série #BurundiDialogue, nous nous retrouverons la semaine prochaine pour une autre twittoscopie.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.