Non, Nkurunziza n’est pas un roi

Au moment où le président Nkurunziza gouverne le Burundi après une réélection controversée, des voix, au sein de son parti, le Cndd-Fdd, émettent une volonté de le laisser régner à vie. Le blogueur Jean-Marie Ntahimpera s’insurge et propose son départ immédiat.

En réaction au gribouillage de la photo du président Nkurunziza par des élèves, le gouverneur de Muramvya a dit : « Nous sommes convaincus qu’après Dieu c’est le Roi. Aujourd’hui le Roi du Burundi, c’est le président ». Pour moi, les deux phrases sont fausses. Premièrement, même si je ne suis pas théologien, j’ai passé sept ans dans un séminaire où nous lisions la Bible chaque matin et chaque soir. Je ne me souviens nulle part où Dieu dit : « Après moi, c’est César ». Deuxièmement, il y a une grande différence entre un président et un roi. Le régime du roi se nomme monarchie, alors que le président est à la tête d’une République. Depuis 1966, date à laquelle Michel Micombero a déposé le roi par un coup d’Etat, le Burundi est devenu une République. Et ce n’est pas par hasard si la première République se proclamait « révolutionnaire ». C’est parce qu’elle considérait que c’était un régime nouveau, qui n’avait rien à voir avec la monarchie. Le roi hérite du pouvoir de ses ancêtres et règne à vie alors que le président est élu pour une période déterminée. D’après la Constitution du Burundi, le président est élu pour un mandat de 5 ans renouvelable une fois.

Est-ce pécher par ignorance ou par omission ?

Est-ce que  le gouverneur de Muramvya ne connait pas cette différence entre un président et un roi ? Bien sûr qu’un gouverneur n’est pas stupide, il connait. Alors pourquoi s’amuse-t-il à dire qu’ « aujourd’hui, le roi du Burundi est le président » ?

Pour comprendre, citons un autre militant du parti au pouvoir, le député Nestor Nzeyimana, qui a déclaré le 19 janvier dernier lors d’une séance de « dialogue inter burundais » : « Nous devons avoir une nouvelle Constitution […] selon laquelle le président élu règne jusqu’à ce qu’il soit fatigué, règne à vie ». D’ailleurs cette idée d’enlever les limites de mandat a été systématiquement exprimée pendant les séances de ce fameux « dialogue interne ».

Constat et proposition

La conclusion qu’on peut en tirer est celle-ci : ou bien les militants du Cndd-Fdd veulent que le président Pierre Nkurunziza règne à vie, ou bien c’est le président lui-même qui le veut et qui le fait dire à ses militants. Dans tous les cas, on sent qu’il y a ce désir au sein du parti au pouvoir de régner à vie, en passant par la suppression de la limite des mandats. Et comme nous l’avons montré au début de ce billet, l’idée de régner à vie est une idée monarchique.

Je parie que les Burundais ne supporteront pas que Pierre Nkurunziza se maintienne au pouvoir comme un roi, alors que le Burundi est devenu le pays le plus pauvre du monde sous son règne.

En revanche, il y a une bonne pratique monarchique burundaise que je recommande au président Nkurunziza : démissionner.  Le Burundi est dans une crise très grave. Dans l’ancien Burundi, quand le pays traversait une crise semblable à celle d’aujourd’hui, le roi « se donnait de l’hydromel », du miel empoisonné et laissait le pouvoir à son successeur.  Je ne lui demande pas de se faire tuer, je lui souhaite même longue vie. Mais il est temps qu’il laisse le pouvoir à d’autres capables d’améliorer les conditions de vie des Burundais.

Articles récents

Recent Comments ( 5 )

  1. Il doit savoir que la durée qui lui reste pour vivre est probablement inférieure à celle qu’il a déjà vécu, cela va lui montrer que quoi qu’il fasse pour se maintenir au pouvoir éternellement est inutile. Qu’il cesse le chaos dans laquelle le Burundi traverse à cause de sa décision anti-constitutionnelle.
    Les Burundais auront toujours le dernier mot pour décider.
    YOU CAN FOOL SOME OF THE PEOPLE SOME OF THE TIME BUT YOU CANNOT FOOL ALL OF THE PEOPLE ALL OF THE TIME.

  2. alors mon cher NTAHIMPERA, si tu peux parier que les Burundais ne supporteront pas que Pierre NKURUNZIZA se maintient au pouvoir pour longtemps, pourquoi toute cette polémique? Il va s’en aller en 2020, comme cela je vous inviterais à ne plus gaspiller l’encre que vous pourrez utiliser en 2020 s’il ne part pas!

  3. Beaucoup de gens utilisent énormement leurs énergie pour perdre leurs temps et de mal orienter leurs conaissances que le peuple burundais leur a procuré.

Say your opinion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*