article comment count is: 0

Briser l’ordre établi pour vivre à fond sa vie

Partout dans le monde, les femmes livrent une lutte continue pour réaliser leurs ambitions et vivre la vie quelles souhaitent. La blogueuse Dacia Munezero nous raconte comment, du Pakistan au Burundi, les combats que mènent les femmes convergent vers plus d’émancipation.

Il y a quelques jours j’ai vu, à travers les informations, des femmes qui ont osé défier l’ordre établi au Pakistan, une république islamique très conservatrice. Elles ont osé rouler à vélo sans leur père ou mari et boire un café en terrasse. Autant de gestes apparemment simples, mais qui transgressent les lois et les traditions du Pakistan,des gestes qui peuvent leur coûter la vie. Des hommes se tenaient à l’écart et les regardaient comme des bêtes de foire ou des prostitués sans oser les approcher.Le mouvement a pris de l’ampleur dans le pays et s’appelle « Les femmes au café ». Malgré les préjugés, elles tiennent bon et vivent leur vie comme bon leur semble.

Sur le coup, je me suis dit que j’avais de la chance d’être née au Burundi, un pays plutôt libéral envers les femmes. Mais à bien observer, même ici ça passe jamais inaperçu des femmes qui sortent seules dans un bar ou dans une boîte de nuit. Il y a toujours ce regard inquisiteur, scrutateur de la part des hommes la plupart du temps et d’autres femmes aussi évidement.

Les classements

Quand ce sont des ados, la première impression est qu’elles ont dû piquer de l’argent à leurs parents ou que c’est un homme plus âgé qui les fait sortir. Si elle ont entre 20 et 30 ans, qu’elles sont bien habillées, maquillées, le jugement tombe directement : ce sont des prostitués. Bien sûr, tout dépend de l’endroit et de l’ « apparence » de ces demoiselles, mais après tout, les commentaires reviennent à ça. La dernière catégorie est celle, disons des « matures » pour ne pas dire des âgées. Ou bien ce sont des rebelles dans leur couples qui n’ont aucun respect pour leurs maris, ou alors elles sont célibataires, désespérées et noient leur chagrin dans l’alcool. Voilà comment les gens jugent.

La liberté : un combat perpétuel

Relevons un paradoxe : les hommes se plaignent tout le temps que les femmes sont là pour dilapider leur argent dans ceci ou cela et particulièrement quand ils sortent avec elles. Mais quand ces femmes décident de se sortir seules, avec leur propre moyens, on les pointe du doigt et les critique ! J’entends souvent des arguments quifusent tels que : « Cest notre argent quelles dépensent ! ». Non, ce n’est pas toujours le cas.

Disons juste que la nature de l’homme, le mâle pour ne pas créer de confusion, ne supporte pas qu’une femme soit totalement indépendante. Qu’il soit riche ou pas c’est la même chose. Tenez ! combien de jeunes femmes ayant leur propre voiture n’arrivent pas à trouver un mari parce que soi-disant elles sont « intimidantes » ? Les hommes ayant des moyens vont préférer draguer celles qui ne sont pas à leur niveau pour mieux les impressionner. Pour ceux qui ne sont pas riches, ils ne supporteront pas évidemment une femme plus fortunée qu’eux.

Bref, que ce soit dans les pays dit conservateurs, musulmans ou catholiques, développé ou pas, la femme doit toujours et encore se battre pour faire valoir ses droits. Montrer et prouver qu’elle est capable de se prendre en charge toute seule et profiter pleinement de sa vie.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.