article comment count is: 1

Désolé, les coups d’Etat ne s’équivalent pas

Le 13 Mai, exactement 12 mois venaient de s’écouler après le coup d’Etat raté mené par un commando qui avait fait défection au niveau de l’armée. Au moment où le régime continue à déplorer, traquer ses instigateurs, le blogueur Jean Marie Ntahimpera trouve que les coups d’Etat sont relatifs.  Pour celui du 13 Mai 2015, « c’était pour restaurer la démocratie ».

A l’occasion de l’anniversaire du coup d’Etat raté du 13 mai 2015,  les officiels du gouvernement ont organisé des événements de sa « commémoration ». Ils en ont fait un grand cas pour répéter ad nauseam que le coup d’Etat était illégitime. Le but : affirmer la légitimité du troisième mandat de Pierre Nkurunziza, toujours contesté.

Dans le cadre de cette commémoration, un blogueur aux idées proches du régime, postait sur sa page facebook: « On ne peut pas être contre le nouveau mandat de Nkurunziza, tout en prétextant qu’il serait en violation des accords d’Arusha et de la constitution, et soutenir le coup d’Etat…
L’ère des coups d’Etat tirant légitimité dans la rue est derrière. C’est révolu. Seul le peuple donne le pouvoir à travers les urnes. C’est le principe de la démocratie. »

Relativisons !

Je voudrais lui répondre ceci : les coups d’Etat ne s’équivalent pas. Il y a des coups d’Etat mauvais, ceux contre les gouvernements démocratiques. Et il y en a des coups d’Etat salutaires, contre les gouvernements dictatoriaux, qui visent l’instauration de la démocratie.  L’exemple le plus parlant de cette deuxième est celui du coup d’Etat d’Amadou Toumani Touré au Mali en 1991 le dictateur Moussa Traoré. Après ce coup, ATT a présidé un Comité de Transition pour le Salut du Peuple du 31 mars 1991 au 8 juin  1992, et puis il a organisé des élections auxquelles il ne s’est pas présenté, à l’issue duquel a été élu un civil  démocrate Alpha Oumar Konaré.  Ce coup d’Etat a valu à ATT le surnom flatteur de « soldat de la démocratie ».

Le coup d’Etat du 13 Mai s’approche plutôt de cette deuxième catégorie. Du moment que Nkurunziza violait la Constitution, il avait perdu toute légitimité et toute crédibilité. La preuve : quand le coup d’Etat a été déclaré, les Burundais ont festoyé partout, à Bujumbura, dans les campagnes, y compris les militants du Cndd-Fdd. Les seuls à avoir regretté sont ceux qui tiraient profit du régime en place. Le seul tort de ses instigateurs est qu’ils ont échoué.

La seule question: ces derniers auraient-ils remis le pouvoir aux civils ? Difficile à savoir. On ne peut connaitre la nature de quelqu’un qu’après lui avoir donné le pouvoir. Seraient-ils devenus eux-aussi des dictateurs? On ne peut pas le deviner non plus. Personnellement, je pense qu’ils auraient été des « soldats de la démocratie » comme Amadou Toumani Touré. La preuve ? Le rapport de l’un d’entre eux, Godefroid Niyombare, qu’il a transmis à Pierre Nkurunziza, et qui lui a valu d’être demis de ses fonctions de chef des services des renseignements. C’était le rapport le plus raisonnable jamais produit par un officiel du gouvernement.  Il conseillait à Nkurunziza d’arrêter de briguer un troisieme mandat. Il le mettait en garde que s’il osait se présenter, il allait précipiter le pays dans le chaos.

Niyombare n’est pas si mauvais que les partisans de Nkurunziza le diabolisent.  Il a plutôt été un prophète.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Un constant dans commun à tous les antidémocrates burundais : Un mensonge de renom. Vous dites qu’à la déclaration du coup d’état les #burundais# ont festoyé à buja, dans la campagne y compris les militants du CNDD-FDD.
    =DES QUESTIONS=
    Quand vous parlez des  » Burundais » c’est à quel %ge?
    Oui certains jeunes des quartiers de ngagara, cibitoke, nyakabiga, musaga et mutakura. Nibo baserukira abarundi? Kuva ryari?
    2. Dans quelle milieu de la campagne as-tu vu les « burundais » festoyé?
    3. Est- tu militant du CNDD-FDD? Dans quelle province milite-tu pour nous préciser où tu as vu les »militants » du Parti au pouvoir festoyer suite à ce putch sanglant?
    4. Ton recit tenter de confirmer que la majorité a été contente de ce coup. Où est ce qu’elle est allée pendant les élections?
    5. En terminant nous réjouissons de ce que votre mensonge qui a régné sur le burundi depuis l ‘ indépendance jusqu’à nos jours est entrain d’ëtre démasqué. D’où mwihane bigishoboka. Si non vous perdrez dans votre mensonge.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.