article comment count is: 2

Mémoire d’un président bâtisseur

En mémoire du président Bagaza, le blogueur Landry Burundi nous rappelle l’œuvre du premier président bâtisseur de la nation. Le blogueur invite, les dirigeants actuels ainsi que les générations à venir à le prendre pour exemple.

© Photos: Source

Sa mort avait été annoncée à plusieurs reprises mais on finissait par pousser un ouf de soulagement car c’était toujours des rumeurs. Cette fois-ci, la triste nouvelle était vraie : Bagaza nous a quitté. Il n’est plus de ce monde, Son Excellence, Honorable, Colonel, je ne sais quel titre ou honneur lui donner. Je me souviens de cette interview qu’il avait donnée après la première rumeur annonçant son décès. Comme s’il se moquait de la mort il avait dit : « Ils n’ont pas besoin de lancer ces rumeurs, je sais qu’il me reste pas beaucoup de jours, je vais mourir comme les autres ».

L’œuvre de feu président Bagaza

Il est parti mais son empreinte reste indélébile. Le Gouvernement a même annoncé un deuil national de 3 jours en mémoire de « l’Infatigable bâtisseur » !

La liste de ses chantiers, durant ses 10 ans au pouvoir, est longue. Routes nationales, hôpitaux, centrales hydro-électriques, usines, la Radiotélévision Nationale, des bâtiments publics, des hôtels, une politique en faveur de l’éducation, l’agriculture, l’élevage et j’en passe… Et il y a une œuvre dont  il était fier.

« Avoir doté le pays une structure juridique est ma plus grande fierté. J’ai passé plus de 85% de mon temps au bureau à confectionner des lois pour le Burundi » expliquait-il.

Mon vif souhait en guise de reconnaissance au président Bagaza

Ma revendication est que le nom du « bâtisseur infatigable » soit immortalisé et qu’il traverse les âges.

Ma demande s’adresse aux responsables politiques qui, eux aussi, admirent le travail accompli par Bagaza. Qu’ils s’inspirent de son exemple et lui rendent  hommage. En sa mémoire, baptisons ou rebaptisons un des édifices qu’il a érigés. Mon humble proposition serait que l’aéroport international de Bujumbura soit rebaptisé ‘’Aéroport International Jean-Baptiste BAGAZA’’.

Quand nos enfants nous demanderont qui était ce Bagaza, on parlera de lui comme d’un visionnaire burundais. Ce sera une source d’inspiration pour les générations futures et nous pourrons clamer haut et fort :’’Nous avons eu un exemple, nous aussi nous pouvons faire du cœur de l’Afrique une nation merveilleuse’’.

Repose en paix, Mutama !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Pourquoi alors il a subi un coup d’Etat?
    Pourquoi la population n »a pas revendiqué son retour au pouvoir aux élections libres et démocratiques de Juin 1993?
    Il ya beaucoup de questions qu’on peut se poser mais 0 mon avis c’est le Tout Puissant pourra juger ses actes posés.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.