article comment count is: 0

Twittoscopie : « Vidéo #Jteume ! »

Une vidéo a fait le buzz en fin de semaine. Elle a circulé depuis le 2 avril  sur Whatsapp avant de se retrouver sur Twitter. L’arrestation et la libération éclair de l’humoriste Kigingi n’ont pas laissé indifférents les Burundais qui s’étaient largement mobilisés pour sa libération. Enfin, le troisième sujet commenté diversement est la décision du conseil de sécurité des Nations-unis pour l’envoi des policiers au Burundi.

La vidéo

« As-tu vu la vidéo ? » Quand tout le monde te pose la même question, tu ne veux pas rester ignorant. Tout de suite tu demandes : « Laquelle ? » Et quand personne ne veut te donner de détails, elle te répond : « Je te l’envoie. » Il fallait la voir à tout prix. On ne t’indique rien. Mais on te laisse découvrir par toi-même la suite. C’est l’amour dans un smartphone et, comme pour ajouter la cerise sur le gâteau, on laisse échapper un #Jteume.

D’après certains #Abatwip, le personnage sur la vidéo, n’est autre que le premier vice-président de la République. Et ils sont formels. L’homme semble dire « je t’aime » en se filmant. Le « Je t’aime » prononcé est très rapidement devenu tendance. C’est le hashtag. Charles Onyango-Obbo avait-il finalement son « truc » pour faire connaître le Burundi ? Le scandale tant attendu ? Mais c’était sans compter sur le communiqué instantané de la première vice-présidence de la République signé Nancy Ninette Mutoni. Certains #Abatwip ont jubilé, d’autres se sont contentés d’une explication de BujaNews qui était facilement contestable. Cela a été fait d’ailleurs.

La dérision

La vidéo a connu une retouche. Un montage comme on sait le faire au Burundi. On y aperçoit Adrienne, une des actrices de la série télévisée burundaise, « Ninde. » En plus de cela, une voix off « look at this !», certains #Abatwip entretiennent la confusion. Pour eux, laquelle des vidéos est pointée par la vice-présidence comme montage grossier ?

https://twitter.com/Rugori_S/status/716355085140422656

Sous support audio, « #Jteume » a eu son temps de gloire. Sur fond de musique traditionnelle, dans un français burundais, on entend un chanteur entonner le « je t’aime » sans complainte.

Interdiction de rire !

Si la vidéo de l’homme en slip n’avait pas apparu, le hashtag #RekuraKigingi aurait certainement été celui de la semaine. Cet humoriste adulé des Burundais est l’un des rares artistes encore présents au Burundi. A-t-il eu la malchance de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment ? Son tort est d’avoir fait une blague sur le président Nkurunziza. Accusé d’outrage au chef de l’Etat, la mobilisation pour la libération de Kigingi a été totale. Tout le monde voulait sa libération.

Finalement la bonne nouvelle de la libération de l’humoriste est tombée un jour où la blague est reine : le 1er avril. Que celui qui n’a pas cru que la libération de Kigingi était un poisson d’avril commente en dessous.

Des policiers au Burundi

La résolution présentée par la France au Conseil de sécurité des Nations-Unis a été à l’origine d’un malentendu entre puissances. Les Américains n’avaient pas la même lecture de la situation au Burundi. Sur twitter, cette discorde a eu son effet : discordance chez les #Abatwip. Un échec selon les opposants au régime. Du côté du pouvoir, on s’en est félicité. Les réactions dans la classe politique ont été diversifiées.

L’image de la semaine

C’est la dot de l’ancienne ministre Clotilde Niragira, à 48 ans. Cette union avec un prêtre défroqué est tout un symbole selon un membre du CNDD-FDD. Sur fond de crise entre l’État et l’Église catholique aujourd’hui, il y a de quoi faire jubiler pour certains.

Le tweet de la semaine

Depuis le début de la crise, la twittosphère burundaise a vu des noms fleurir. Mais cette fois, une Abatwip a eu le courage de partager ce #Chefrebelle avec sa tenue militaire. Willy Nyamitwe, conseiller à la présidence, s’en moque : « Tous ceux qui ont fait le service militaire obligatoire doivent sortir leurs anciennes photos pour devenir des #Chefrebelle. »

Merci de voter pour Yaga ici et si vous avez du mal à voter, suivez nos instructions

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.