article comment count is: 2

« Jimbere, » un nom qui ne passe pas

Le blogueur Jean-Marie Ntahimpera est le premier à consacrer un article à un nouveau-venu dans le monde journalistique burundais : le magazine « Jimbere » avec sa première parution consacrée au slip !

© Photo: Jimbere

J’ai aimé la première édition du magazine Jimbere*, comme je l’ai exprimé dans ce post Facebook : « Jimbere, un nouveau venu dans l’espace médiatique burundais. Connaissant le courage, la détermination, l’énergie et les talents composant cette équipe, je ne doute pas que Jimbere ait un bon avenir. »

Mais comme il fallait s’y attendre, des voix discordantes n’ont pas manqué. La dénomination du magazine lui-même pose problème, selon certaines personnes qui estiment que le slip n’est pas un sujet de grand intérêt. Nganji Arnaud, musicien burundais voit même une main invisible derrière « Jimbere » qu’il associe à Songa mbele*, un des slogans du CNDD-FDD. Arnaud essaie de démontrer qu’il y a une relation entre « Jimbere » et le slogan du parti au pouvoir.

Existe-t-il des sujets mineurs ?

Je comprends que les temps sont durs et que consacrer tout un numéro à la « petite culotte » en ce moment peut paraître ringard à certains égards. Je ne pense pas qu’il puisse exister un sujet inutile.

Jimbere N.1Si nous nous battons pour la liberté d’expression, cette liberté doit nous permettre d’aborder toute sorte de sujets. Le projet Jimbere me semble contribuer à faire avancer la liberté d’expression, dans la mesure où elle a pour ambition de briser les tabous. Et pourtant, Lyse Nkurunziza l’explique dans son premier éditorial : « Le slip, donc. Pourquoi ce sujet pour le premier numéro de notre magazine ? Parce que notre société doit cesser de se voiler la face devant certaines réalités. Désormais, plus de sujets [tabous] pour la jeunesse et les femmes du Burundi, avec votre mensuel Jimbere. Les questions et les détails de notre société seront abordés sans fausse pudeur, ni impudeur non plus ».

Le problème : « va de l’avant »

Concernant les mots « Jimbere » et « Songa Mbele ». Je trouve que Jimbere est un très joli mot, un joli concept, plein d’espoir d’aller de l’avant. Ce n’est pas parce qu’un parti politique a choisi un slogan de la même famille que ce mot devient indésirable.

Ce qui a beaucoup choqué Arnaud est, je crois, que l’écrivain et journaliste Roland Rugero est coordinateur du Projet Jimbere. Le même Roland Rugero, dont les opinions ont été jugées trop proches du parti au pouvoir. Derrière Rugero donc, Arnaud voit la main du CNDD-FDD.

 Je pense que ce serait injuste de réduire un projet journalistique aux opinions politiques d’un de ses auteurs. À ce que je sache, les opinions politiques des membres de l’équipe rédactionnelle de Jimbere sont tellement diversifiées que Roland Rugero ne pourrait être considéré comme représentatif.

Roland Rugero est peut-être un mauvais politologue, mais c’est un journaliste et écrivain de talent. Je ne doute pas que sous sa coordination, Jimbere soit un chef-d’œuvre.

*Jimbere (kirundi) et songa mbele (swahili) se traduisent par « va de l’avant !»

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. Mon Dieu! Le monde tourne à l’envers maintenant je suis convaincu…Comment peut-on établir des synonymies aussi ridicules! Rugero n’a jamais été du CNDD-FDD à ma connaissance. Comment peut-on lui coller une appartenance aussi gratuitement pour la simple raison que ses analyses n’ont pas rencontré l’assentiment de certains d’entre nous? Mauvais politologue pour les uns, bon analyste pour les autres, quoi de plus normal? Mais qu’est ce qu’il a dit qui ne s’est pas vérifié? Peu.

    J’ai juste un mot : « Qui veut noyer son chien l’accuse de rage ». Et qui veut noyer  »Jimbere » l’accuse justement de pro-CNDD-FDD. Cela n’est que le début. La musique ne fait que commencer…demain on l’accusera de pro-gouvernement. Et après demain, pas vraiment tard, on dira d’un rédacteur ou d’un autre qu’il (elle) veut une place de conseiller à la présidence de la république…Salut.

    1. Je trouve le titre de l’article lui-meme un peu pretentieux.
      Sinon, le Burundi regorge de gens qui ne font que critiquer les initiatives des autres alors qu’ils sont incapables de faire mieux.
      En verite, je trouve ridicule que les medias parlent de politique du matin au soir comme si la vie s’ arretait la.
      Il faut faire de la place pour les autres aspects de la vie et faut encourager ceux qui ont commence a le faire comme Jimbere.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.