article comment count is: 0

Twittoscopie : le ballet diplomatique et la veste

Sur les réseaux sociaux, c’est l’habillement de certaines hautes personnalités qui a été le sujet le plus commenté. Les costumes bleus d’Agathon Rwasa et de Pierre Nkurunziza ainsi que la veste de Léonce Ngendakumana.

Mais il y a eu aussi des évènements plus sérieux et historiques au courant de la semaine du 21 au 27 février. En avant pour la twittoscopie hebdomadaire.

Les sapeurs burundais se lâchent

La veste de Léonce Ngedakumana, ancien président de l’assemblée nationale et aujourd’hui président du Frodebu (opposition) est certainement le sujet le plus commenté sur les réseaux au Burundi.

Costume de Léonce

Mais il n’est pas le seul dont l’habillement a suscité les passions. Les costumes bleus de Pierre Nkurunziza et Agathon ont aussi défrayé l’actualité. La question que plusieurs personnes se posaient était : ont-ils ces seuls costumes pour les grands évènements?

Ban Ki Moon au Burundi

Sur Twitter, un hashtag est sorti du lot :#UNSGinBurundi. L’effet Ban Ki Moon a produit la libération de 2000 prisonniers.

Mais on sent une certaine insatisfaction de la part de quelques twittos. D’après le décret présidentiel, ceux qui bénéficieront de la grâce sont ceux qui avaient été définitivement condamnés.

Ban Ki Moon a aussi rencontré des représentants d’ONG ainsi que des membres de l’opposition vivant au Burundi. Cela a été un moment particulier dans la mesure où certains partis politiques se sont vus refuser l’accès à la salle de réunion où étaient conviés Charles Nditije, Agathon Rwasa et Léonce Ngendakumana. Ce refus a suscité des réactions au sein de la classe politique.

La visite des cinq fantastiques

C’est certainement le nom qu’on pourrait donner à nos visiteurs de la semaine. Tout le monde attendait d’eux une avancée significative dans la résolution de la crise burundaise.

Finalement, beaucoup ont été déçus par les résultats de la visite de la délégation de haut niveau de l’Union africaine. Certains ont perçu le tweet de Serge Nibizi comme un couteau remué dans une plaie.

Pendant que les membres de la délégation de l’Union africaine foulaient le sol burundais, certains twittos rappelaient au conseiller principal chargé de la communication à la présidence que le gouvernement n’avait plus d’avion.

Deux ans plus tôt, il s’était précipité pour annoncer l’acquisition d’un nouvel avion. L’herbe est plus verte chez le voisin, dit-on comme pour lui rappeler que les autres sont beaux dans leurs avions.

Nkurunziza revoit l’aéroport

Un autre mini évènement n’a pas échappé aux twittos. En effet, pour la première fois depuis le 12 mai lors de son départ à Arusha avant la tentative de coup d’Etat, le président Nkurunziza revoit son aéroport. Celui qui a failli lui couter la présidence.

Peut-on espérer trouver une solution à la crise burundaise après ce ballet diplomatique ?

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.