article comment count is: 1

Chers étudiants, petit déjeuner et LMD sont incompatibles

La suppression du petit déjeuner à l’Université du Burundi faisait partie des réformes qui accompagnaient le nouveau système LMD (Licence-Master-Doctorat). C’est ce que pense avec humour le blogueur Rivardo Ntadambanya. Explications…

© Photo: Source

Personne ne peut imaginer une journée où les restaurants universitaires seraient vides à 7h du matin. « C’est un cauchemar, ça n’arrivera pas », affirmaient certains. Et bien il arrive parfois que ce que l’on redoute se réalise. Depuis le 1 er février, ces restaurants ne proposent plus de petit déjeuner. Les canettes, les petits gobelets et les tas de pain ont disparus.  On n’aperçoit plus la fumée qui sort des grosses marmites. Les guichets sont également vides, c’est le silence total.

Dans la cour, des étudiants stupéfaits scrutent l’intérieur à travers la fenêtre. Le constat est sans appel: rien sur les tables. Pour la première fois de l’histoire, le petit déjeuner disparait de l’Université du Burundi.

Autres temps, autres mœurs

Nous sommes dans un nouveau système, le LMD. On vient de dire au revoir à l’ancien système. Il n’est pas étonnant que le petit déjeuner suive. La première promotion de ce nouveau système sera bientôt diplômée. Les étudiants n’ont pas été chouchoutés comme leurs camarades de l’ancien système qui bénéficiaient de chambres gratuites, de cartes de restaurations… Personne ne sait ce qui va suivre. Peut-être la suppression du repas de midi ou du soir, ou encore la privatisation de toute l’Université.

Pour leur bien

Après tout, regardons le bon côté des choses! Un enfant n’a-t-il pas besoin d’être sevré pour constater qu’il est grand ? Maintenant, ces étudiant seront plus responsables. Ces « poilissimes » (surnom donné aux étudiants de l’Université du Burundi) qui ignoraient le prix du sucre et du pain jusqu’à la fin de la fac, ouvriront désormais les yeux. Ils comprendront mieux ce qui vivent leurs camarades des universités privées.

Au final, la suppression du petit déjeuner  pourrait être un mal nécessaire, pour inciter les étudiants à rêver, créer, penser et entreprendre. Leur survie est en jeu.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. La suppression du petit déjeuner est le cadeau que Nkurunziza a réservé aux jeunes traitres qui ont refusé de défendre le Burundi, la constitution et les accords de paix en supportant le 3è mandat!

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.