article comment count is: 0

Crise au Burundi : les Burundais eux-mêmes n’y voient que du feu !

Face à la désinformation et aux nombreuses intox, Armel Derere affirme ne plus rien comprendre à la crise qui dure depuis bientôt une année. Il craint que tous les Burundais soient dans le même cas que lui.

© Photo: Source

Après la fermeture de radios très suivies sur le territoire Burundais, le public se tourne aujourd’hui vers internet et les réseaux sociaux. Les internautes burundais expriment ouvertement leur côté pro ou anti gouvernement. Lorsqu’une attaque armée surgit à Musaga, voici ce que rapporte une page Facebook : « Deux jeunes arrêtés ce matin avec fusil au sud de Bujumbura, Kinanira. Auparavant formation au Rwanda. » En même temps, sur mon Smartphone, une autre page contre-attaque : « mise en scène encore une fois ratée […] et toujours le Rwanda… Comme si c’était écrit sur leur front ». 

Quelques minutes plus tard, un ami m’interroge sur ce qui vient de se passer à Musaga. Je lui réponds ceci :  « deux jeunes gens armés qui ont été formés au Rwanda, en même temps qui n’ont pas été formé au Rwanda, parlant kinyarwanda, en même temps ne parlant pas kinyarwanda, ont attaqué les policiers, en même temps n’ont pas attaqué les policiers, viennent d’être arrêtés».  Voilà ! Je pense avoir été le plus neutre possible.

Pour celui qui ne réside pas au Burundi, mais voulant s’informer sur l’actualité du pays, comment fait-il ? Comment interprète-t-il  les informations qui circulent? Qui informe l’ONU et l’Union Africaine de ce qui se passe dans le pays ?

En tout cas, je crains que les Burundais eux-mêmes n’arrivent plus à comprendre cette crise, notamment à cause de la guerre qui se déroule sur les réseaux sociaux afin de déformer et travestir les faits.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.