article comment count is: 0

Burundi : les réactions de la communauté internationale

Coup de gueule de Roland Polman cette semaine, face à la molesse des institutions internationales et leurs commentaires après les massacres perpétrés au Burundi ces derniers jours.

Ridicule ! Le premier mot qui m’est venu après la réaction de l’Union européenne au massacre de plus de 80 civils, le 12 décembre au Burundi. Pour rappel, la veille, des hommes armés attaquent trois camps militaires à Bujumbura, la capitale et sa province. Quelques heures après, la police organise sa répression. Dans les quartiers opposés au troisième mandat du président Nkurunziza, les hommes en uniforme militaire exécutent des jeunes gens qu’ils tentent de faire passer pour des rebelles. Des images de l’horreur montrent certains cadavres ligotés, défigurés par des balles tirées à bout portant. Bilan 90 morts. Lundi 14, l’UE appelle… au dialogue entre les parties ! Rien que cela.

Au moins est-elle la première à s’exprimer. L’Union africaine n’a réagi que le 17 décembre ! « L’Afrique ne permettra pas un autre génocide sur son sol », a martelé le conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union ». Le CPS prévoit d’envoyer 5000 soldats au Burundi pour « protéger les civils ».

Les chefs d’États africains demeurent aux abonnés absents. Pas de message de compassion. Il faut les comprendre : les émanations de carbone à la COP21 ont dû aveugler les présidents sur la tuerie qui s’est déroulée près de chez eux.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.