Un agent électoral à la tâche lors du scrutin présidentiel de 2011. Jerome Delay/AP
article comment count is: 0

RDC : À quand les élections?

Après mûre réflexion, Chantal Faida a pris la décision de jouer un rôle important aux prochaines élections : elle se présente à Goma comme candidate députée provinciale d’un parti de l’opposition. En course pour un siège convoité par 244 autres inscrits, la bataille s’annonce rude. Du moins, si bataille il y a.

Vous le savez, une grande machine du changement se prépare à démarrer en République démocratique du Congo, mon pays ; j’ai cité le processus pour les élections provinciales, urbaines, municipales et locales de 2015, ainsi que les élections présidentielles et législatives de 2016.

Pour assurer la transformation sociale, tous les Congolais sont appelés à participer à ce processus à plusieurs titres et en diverses qualités : électeurs, observateurs, assesseurs, candidats,…

Si le calendrier électoral avait été respecté, le dimanche 25 octobre dernier aurait été un jour spécial et mémorable pour moi. À ce jour, aucune raison valable n’a été invoquée pour justifier ce retard. Certains diront qu’à l’heure actuelle, l’urgence est que le nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’installe. Moi, je réponds que la République se gère par des institutions, non par des hommes.

Pour ceux qui évoquent le manque de moyens, je rappelle que tous les cinq ans, il est prévu un cycle électoral. Gouverner, c’est prévoir !

Et le reste…

Je suis quelque peu contrariée par un mutisme qui frise la trahison des clauses du contrat citoyen établi entre, d’une part, les candidats et, d’autre part, la structure habilité (la CENI).

En tant qu’aspirante, j’ai dû remplir une panoplie de formulaires manuscrits, procédés rudimentaires que je fustige dans un monde 2.0. Je me suis acquittée de la caution exigée – 500 000 francs congolais par formation politique ou par candidat indépendant. J’ai dû me réserver d’enclencher la campagne, même officieuse, de mobilisation des voix. Pour ma part, je crois que les clauses du contrat sont respectées à la lettre.

La CENI, l’autre partie contractante, se permet elle un déficit communicationnel insupportable. C’est irrespectueux et condamnable. Selon moi, il vaut mieux détenir une information provisoire que de ne pas en disposer du tout. La moindre des choses serait désormais de publier un calendrier réaménagé. Il en va de la crédibilité et du sérieux de la structure d’appui à la démocratie en RDC, la CENI.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.