« La saison culturale démarre ; il faut acheter les semences. »
article comment count is: 0

Tous concernés par la crise

Plusieurs pensent que puisque nous ne vivons pas à Bujumbura, nous ne sommes pas concernés par cette crise politico-sécuritaire. Pour le blogueur Jean Prudent Nduwayezu, où que l’on soit, manifestants ou pas, pro ou anti troisième mandat, nous sommes tous concernés. Les conséquences économiques n’épargnent personne.

Dans ma localité, il n’y a jamais eu de manifestations, que certains qualifient d’« insurrection » ; la sécurité règne, pas de répression : ni cadavres dans les rues, ni enlèvements, encore moins de tirs. On a tendance à dire que tout va bien. Mais en réalité, nous sommes tous touchés.

Caféiculteurs que nous sommes, l’été était la période de la récolte. Après avoir passé une année à entretenir notre café, c’était le moment d’en bénéficier. Mais à notre grande surprise, l’argent s’est fait attendre, il n’est même jamais arrivé. Les acheteurs sont responsables, mais aussi victimes. « Nous ne pouvons pas écouler ces produits sur le marché international, suite aux sanctions de l’Occident de ne pas importer le café burundais, expliquent-ils. Nous sommes incapables de payer nos créanciers ; les banques qui nous ont donné du crédit veulent saisir nos garanties. »

Ça chauffe aussi à Ngozi

Dans la commune Tangara, en province de Ngozi, les caféiculteurs ont déjà saisi massivement le parquet général, puis la cour d’appel de Ngozi à ce sujet.

La saison culturale démarre ; il faut acheter les semences. C’est aussi la rentrée scolaire pour les enfants d’agriculteurs. Les paysans burundais, las, commencent à proférer des menaces : « Soit les acheteurs nous donnent notre argent, soit nous nous rendrons justice. »

Je suis convaincu que ces agriculteurs sont d’ethnies différentes. Ils ne sont pas tous contre le gouvernement de Bujumbura. Des Imbonerakure – ces jeunes du parti au pouvoir –, des Ivyumavyindege – les jeunes des Forces pour la libéralisation nationale (FNL) – sont aussi touchés par cette crise économique due à cette instabilité politique et sécuritaire dans le pays.

D’une manière ou d’une autre, nous sommes tous victimes de cette situation.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.