article comment count is: 0

Komezamahoro, le scout

Komezamahoro était un garçon de grande foi, toujours de bonne humeur et au service des autres. Son père avait l’habitude de lui dire « ubuntu buhera hasi » ce qui pourrait être traduit comme « l’intégrité s’apprend dès le jeune âge » insistant sur le fait qu’il devrait être l’homme qu’il voulait devenir et qu’il devait toujours rendre sa famille fière.

Par Enfants du Pays

26 avril 2015. Ce matin-là, Jean Népomucène Komezamahoro, alias Népo, et son père, Herménégilde Mwamarakiza, sont allés à la première messe à la Paroisse Saint Joseph, à Ngagara. Sur le chemin du retour, ils entendirent des coups de feu. Herménégilde dit à ses enfants de rester à l’intérieur pour éviter tout ennui. « Avec les armes, vous ne savez jamais ce qui peut arriver », a t-il dit, ajoutant: « Restez ici et aidez votre mère » ; celle-ci s’attelait aux tâches ménagères. Komezamahoro resta donc à la maison et aida sa mère avec la lessive. Jeanne Nsengiyumva, sa mère, nous dit avec une voix pleine de tristesse qu’elle n’a jamais eu à lui demander de l’aide, son fils l’offrait toujours spontanément. Il lava ses vêtements et les accrocha sur le fil à sécher le linge. Entendant du bruit et de l’agitation à l’extérieur de leur maison, Komezamahoro, dans un élan de curiosité, décida de sortir voir ce qui se passait. Il décida de suivre la foule.

Quelques instants plus tard, à l’Institut Supérieur des Cadres Militaires (ISCAM), le frère aîné de Komezamahoro reçoit une image sur WhatsApp envoyée par ses amis du quartier. Il s’agissait d’une photo de Komezamahoro, avec des blessures par balles dans la tête. Népo gisait sans vie à même le sol.

Il appela immédiatement son père qui refaisait la peinture de la maison. Le jeune homme demanda à son père si tous les enfants étaient à la maison. Le père répondit que Nepo était sorti. Il lui expliqua ensuite qu’il venait de recevoir la nouvelle de la mort de son frère Komezamahoro. La famille était choquée car il avait quitté la maison quelques minutes auparavant. Ils se demandaient ce qui était arrivé à leur fils pour qu’il meure alors qu’ils l’avaient vu quelques minutes avant ; ils ont donc rassemblé quelques voisins et amis pour aller voir sur place.

Lire la suite ici…

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.