article comment count is: 0

Constant Mutamba, le nouveau Lumumba?

« Je vais impulser une nouvelle dynamique de la chose publique. »

Jeune, ambitieux, engagé et surtout passionné par la politique, Constant Mutamba veut révolutionner la classe politique congolaise. Une classe politique qu’il juge incompétente, donc incapable de faire avancer le pays. Avocat au barreau de Matadi, Constant se voit comme l’héritier de feu Patrice Lumumba qu’il considère comme son seul repère, sa seule référence. Président de la NOGEC, Nouvelle Génération pour l’Émergence du Congo, Constant Mutamba se bat au quotidien pour faire éclore ses idées au sein de la jeunesse congolaise qu’il compte incarner lors des différentes élections à venir.

Cette édition de « Rencontres et Profils » est présentée par Razzack Saïzonou.

En voici quelques extraits, retranscrits ci-dessous :

Razzack : Alors Constant, dois-je t’’appeler maître ou président ? Maître car tu es avocat ou président car tu es président d’un parti politique ?

Constant : M’appeler maître serait tout autant légitime que de m’appeler président car je porte les deux qualités.

Razzack : On a constaté que la plupart de ceux qui se lancent dans la politique ou deviennent chefs d’État passent toujours par ce métier d’avocat. En quoi le métier d’avocat forme-t-il au métier de politique ?

Constant : Il y a de nets rapprochements. Le droit est ce qui normalement régule aussi bien la vie privée que publique. Ça ouvre plusieurs horizons, cela permet de cerner tous les méandres de la politique. Par voie de conséquence je suis donc comme un poisson dans l’eau quand je dois faire de la politique.

Razzack : Est-ce que c’était une obsession pour toi d’être toujours le premier, à la tête des autres ?

Constant : Je dirais que oui, c’était une chose surnaturelle, ça me dépassait. Du coup j’ai demandé à ma mère, « Maman, dis-moi le secret de ma naissance ». Ce qu’elle m’a dit de fondamental c’était que j’étais moribond, je devais mourir. Elle avait déjà perdu espoir au point de m’abandonner. J’avais sérieusement souffert de la rougeole et donc j’avais survécu un peu par miracle. Dieu avait un plan, un projet pour moi.

Razzack : À 27 ans, tu es déjà à la tête d’un parti politique alors qu’on dit que les jeunes se désintéressent de la politique. Comment es-tu parvenu à rassembler tout ce monde-là et être à la tête d’un parti politique ?

Constant : C’était d’abord la conscience patriotique. J’avais fait le constant que depuis 1960 ce sont les mêmes individus qui gèrent le pays alors qu’ils ont démontré qu’ils étaient incapables de gérer le pays. Alors on s’était dit en 2001, quand l’actuel président a pris ses fonctions, que les choses changeraient. Mais on s’est rendus compte qu’une nouvelle classe politique n’a pas réussi à se créer. Cela m’a choqué de voir la continuation, la continuité de la même classe politique qui continue à plonger dans le gouffre. L’ambition est venue de là : oser. Cette initiative connaît aujourd’hui une adhésion massive aussi bien des jeunes et des vieux.

Razzack : Qu’est-ce que tu vas apporter ?

Constant : Quand on est patriotes on refuse de gaspiller l’argent de l’État ou de faire des malversations. Du moment qu’on a intégré cela, la bonne gouvernance ira de soi. Nous sommes porteurs, héritiers des acquis de la génération de Lumumba. Lumumba est le premier premier ministre de la RDC et il est décédé sans avoir une maison en RDC. Je vais impulser une nouvelle dynamique de la chose publique. Une dynamique qui sera assise sur les valeurs républicaines et cardinales. Je vis pour l’avenir et non pour le présent.

Razzack : De quoi es-tu le plus fier aujourd’hui ?

Constant : Je suis très fier d’avoir réussi à créer ce mouvement politique.

Razzack : Quelles sont les leçons que tu as apprises et que tu aimerais partager ?

Constant : Le courage, la patiente, la persévérance et l’engagement. Il faut croire en l’avenir et travailler sérieusement.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.