article comment count is: 0

Ne pas se baigner dans la rivière

C’est une rivière qui n’augure rien de bon : des larmes, du sang. Le souhait du blogueur Rivardo Ntadambanya est que le Burundi en soit épargné.

Cette rivière où coule le sang des innocents

Coupables de rien,

Des « immaculées » lynchées dans leurs ménages

Avec leurs enfants qui crient

 

Cette rivière où coulent les larmes des frères et sœurs

Des vieux et jeunes

Des hommes et femmes

Qui perdent les leurs chaque matin et chaque soir

Des êtres dont la vie disparaît

Et dont l’avenir s’efface en plein jour ;

 

Cette rivière aux eaux stagnantes

De férocité, de méchanceté,

D’égoïsme, de boulimie, de rage,

D’animosité, de rancune, d’agressivité…

Dans le royaume des frères et sœurs ;

 

Cette rivière aux eaux chaudes

De tristesse, de mélancolie, de deuil

De chagrin, de divisionnisme

Dans une fratrie ;

Cette rivière qui arrose le mensonge

L’impunité, la traîtrise, la malversation…

Et noie l’amour, l’affinité, la tolérance

L’harmonie sociale et le courage

 

Cette rivière dans laquelle se puise

De l’eau que le politicien boit

Pour nous diviser

Ou nous induire en conflit,

Ou nous manipuler

Comme des ponts ou des échelles

Vers la poursuite de ses propres intérêts ;

 

Cette rivière dans laquelle

Se lave le politicien

Qui forme une milice

Ou qui arme ses partisans

Qui leur donne des plumes à feu

Au lieu des stylos à bille

Et les dirige vers la brousse

Au détriment des auditoires

 

Cette rivière que traversent

Les policiers qui tirent sur les manifestants

Qui lèvent les mains,

Ou des policiers ou miliciens

Qui pillent, violent ou tuent

Sous le couvert de l’impunité,

Et les militaires qui ne rêvent

Que de troubler le royaume de Nyaburunga.

Que le Burundi ne boive pas l’eau

De cette rivière d’angoisse et d’amertume

Qu’il a bu à maintes reprises :

En 1965, en 1972, en 1988 et en 1993

Cette rivière maudite

Dans laquelle le Burundi se baigna

Pendant toute une décennie.

Dans laquelle il plongea en 1993

Pour émerger en 2004.

 

Cette rivière qui gronde et effraie le peuple

Cette rivière aux marées de divisions

De dictature, de haine et de népotisme ;

Cette rivière aux crues et marées de refugiés

Qui fuient le pays de leurs ancêtres

Ou les mandats terroristes

Des services de renseignements

Qui ne rêvent que de torturer

Les opposants politiques

Pour cacher les crimes

Commis par les hauts dignitaires ;

 

Cette rivière-barrage

De la politique du ventre ;

Cette rivière de honte

Cette rivière porte-malheur

Qui ne présage rien de bien

Qui ne réserve pas de futur

Pour le Burundi ;

Que le Burundi ne se baigne jamais

Que le Burundi ne puise jamais

Que le Burundi ne se lave jamais

Dans cette rivière !

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.