article comment count is: 0

Le match de tennis à la grenade

À la veille des élections législatives et communales prévues lundi, les violences sont loin de s’arrêter au Burundi. Des grenades sont lancées. Par qui ? C’est le mystère du moment.

Le week-end dernier encore, plusieurs attaques à la grenade ont été perpétrées à Bujumbura, mais aussi à l’intérieur du pays, dans le nord, à Ngozi et à Kirundo. Des attaques similaires ont continué durant la semaine, alourdissant davantage le bilan déjà lourd.

Le rassemblement contre le 3e mandat nie toute responsabilité. « Notre mouvement est et restera pacifique », a assuré l’un de ses membres. Quant à la présidence, elle s’est exprimée via son responsable de la communication, Willy Nyamitwe. Il dénonce une « campagne de terreur orchestrée par les politiciens et les activistes de la société civile », instigateurs de la contestation.

À les écouter, chaque camp attribue donc les attaques à la grenade à son adversaire.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.