article comment count is: 0

«Que mon règne vienne»

Le peuple burundais meurt. La blogueuse Bella-Monia Inakanyambo l’observe s’enfoncer, elle sombre avec. Malgré tout, les ambitions politiques du pouvoir restent les mêmes, avec une constance déconcertante.

Pour nous, la vie boite, comme toujours. Pour lui, tout va bien. Il n’y est pour rien, notre cher président, se dit-il peut-être. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, il a besoin de cinq années supplémentaires. Il se murmure probablement : « C’est moi qui commande, c’est moi le chef. »

J’ai entendu des gens de foi dire que sa conscience le poussera à lâcher, qu’il finira par comprendre que « cette majorité qui l’adore » sera un jour dégoûtée de ce mandat casse-tête. J’aurais cru ces idéalistes si Nkurunziza n’avait pas affirmé que cette petite minorité qui manifeste rêvait en fait de lui succéder.

Et la jeunesse ?

« Que mon règne vienne ! », se dit-il sûrement dans son for intérieur. Que dire de ces enfants du pays qui verront bientôt leur année scolaire blanchir, de ces entreprises qui ferment, de ces employés renvoyés en chômage technique ? Tant qu’il n’aura pas son mandat, vivotons, crevons même, il s’en fout éperdument !

Excusez mes mots. J’ai tenté la diplomatie, elle n’a rien donné. Ce n’était peut-être pas son langage. Lui qui ne veut que de la prolongation, du temps supplémentaire, cinq ans encore, peut-être pour peindre en noir ce qui restait en demi-teinte.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.