article comment count is: 1

Abandonner la Primus jusqu’ à ce que Nkuru parte ?

La police et l’armée répètent avoir « réussi à pacifier les zones insurrectionnelles ». Mais les manifestants n’abdiquent pas. Ils inventent et réinventent les formes de manifestations. Après avoir mis le sifflet dans la danse, Pacifique Nininahazwe, un des leaders de cette contestation, propose d’inclure la « bataille économique » dans les stratégies de contestation contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza :

« Commençons la bataille économique aussi. Les principales sources d’impôt sont notamment la bière, le carburant et la téléphonie mobile. Diminuons sensiblement la consommation de ces produits. Le gouvernement n’a plus d’appuis extérieurs. Sur le plan des ressources intérieures, rien qu’en mai il a accusé un déficit d’environ 16 milliards dans les impôts, il ne tiendra pas si nous diminuons sensiblement la consommation des trois produits ».

Cette nouvelle forme de contestation sera-t-elle largement suivie ? Les Burundais, habitués à causer autour d’une bouteille chaque soir, pourront-ils s’en abstenir pour sauver la démocratie?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.