article comment count is: 0

Dar es Salaam, le sommet du blabla ?

Le sommet de Dar es salaam sur la crise politique burundaise est commenté différemment selon le camp dans lequel on se trouve. Les déçus et les satisfaits déversent leurs sentiments sur les réseaux sociaux. Ce champ de bataille virtuel fait échos à la dernière caricature de Damien Glez sur Waza. Comme un oracle  dira-t-on.

Par Yaga

Le camp qui s’oppose à la candidature de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat ne voit qu’une montagne qui a accouché d’une souris. Certains allant jusqu’à ironiser sur l’absence très remarquée du concerné au sommet : une perte de temps pour  le président Pierre Nkurunziza.

Le camp présidentiel se félicite et certains n’hésitent pas à crier « victoire. » Une bénédiction de ses pairs de la région l’invitant à briguer un mandat de plus, clament certains partisans du troisième mandat.

Le sommet de Dar es Salaam ne dit rien sur le troisième mandat, source de la crise qui règne au Burundi. Les chefs d’Etats présents ne se sont pas penchés sur le sort des manifestants arrêtés depuis le début de la crise. Aucun mot n’est sorti à propos  des mandats d’arrêt contre certains leaders de la société civile. Qu’en était-il des pertes en vies humaines et autres violations des droits humains constatées. On constate un silence radio au sujet des médias indépendants détruits après le coup d’Etat manqué.  « Beaucoup de questions sont laissées en suspens. Et l’absence de déclaration sur le troisième mandat, n’est-ce pas sa validation implicite ? » Se demande un internaute. C’est probablement ce que le caricaturiste Damien Glez appelle le sommet du blabla.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.