article comment count is: 0

La cause est noble et juste, mais les méthodes…

Reynolds est un psychologue très célèbre au pays. Ses posts sur les réseaux sociaux, ses interventions dans les médias et ses observations sont très appréciés par de nombreux Burundais et ils suscitent toujours des débats. Dans cette période très agitée et violente, il s’exprime et il conseille aussi. 

Par Reynolds Butari

Tout d’abord, ne l’oublions pas, votre cause est noble et juste. Toute personne dotée d’un simple bon sens et d’une logique, est contre cette histoire de troisième mandat. Qu’elle soit burundaise ou pas. Peu importe l’âge et la culture, tous ceux qui prennent conscience de la situation au Burundi, soutiennent votre cause. Aujourd’hui, je voudrais faire une proposition aux manifestants, pour arriver à un changement sans heurt ni violence.

Quand une cause est noble et attire autant de sympathie, les méthodes doivent être identiques : justes et sympathiques. Évitez par tous les moyens de recourir à l’usage de la force. Ne faites surtout pas ce que tout le monde reproche aux Imbonerakure. Il y a beaucoup de personnes qui soutiennent votre lutte et risquent d’être confuses par certaines méthodes. J’aimerais donc vous proposer une stratégie.

Une stratégie pour réussir : la mobilisation sur le terrain

Vous avez déjà remarqué que le nombre de personnes présentes dans les manifs n’est pas proportionnel au nombre de personnes soutenant le changement. Il y a clairement un problème de mobilisation. Pour faire court, je voudrais vous rappeler que les révolutions récentes consacraient un jour par semaine. Pour les pays dits musulmans, c’était le vendredi après la prière. Pour les autres, c’était plutôt le samedi (en Ukraine par exemple). Les jours de la semaine étaient dédiés à la lutte des idées. Les jeunes se rassemblaient à différents endroits pour parler et échanger autour de leur avenir, du changement, etc. Les fortes mobilisations, c’était pour le week-end.

Où est-ce que je veux en venir ? Je propose une manif TURASAVY’IJAMBO (nous voulons être entendus) durant la semaine. Quand vous posez vos barricades, laissez passer tout le monde, mais prenez le temps de GUSABA IJAMBO à toute personne et à toute voiture qui passent. Demandez-leur s’ils ont au moins une minute pour parler, profitez-en pour les conscientiser sur le besoin de changement et mobiliser-les pour le rassemblement du week-end. Ne forcez personne. Profitez de chaque occasion qui vous est offerte pour expliquer et justifier le mouvement, et mobiliser le plus de monde possible. Mais ne bloquez pas le fonctionnement de toute une ville pour gagner votre lutte. Gagner plutôt votre lutte par la persuasion. Profitez de chaque occasion pour expliquer le besoin du changement. Partout où vous êtes, que ce soit dans un bus, à l’église, à la banque, etc. Toutes les occasions sont bonnes.

Comment mettre en œuvre cette stratégie : les questions compliquées

  1. Pourquoi les provinces de l’intérieur du pays ne suivent pas (mêmes si certaines suivent, elles sont très peu nombreuses) ? L’équipe au pouvoir joue beaucoup sur cette rhétorique. Vous savez tous que là-bas, la répression ce n’est pas de la rigolade. Ils veulent le changement, mais les risques sont trop grands. Si la police tire sur les manifestants devant les caméras du monde entier à Bujumbura, imaginez une seule seconde ce qu’elle fera dans le silence des collines… Donc au lieu de traiter vos concitoyens de lâches, mettez-vous un peu à leur place. Puis souvenez-vous de la mentalité rurale burundaise : « unyegeza ku nyanka nka kunyegeza ko ndabizi ». Ils espèrent au fond d’eux que vous allez tenir et gagner contre cette dictature.
  2. Que faire quand un groupe d’Imbonerakure veut nous lancer des grenades pendant les rassemblements ? Maitrisez-les et confiez-les à l’armée. Mais pendant ce temps, prenez la peine de leur expliquer votre cause et le besoin de changement. Ce sont des burundais et vous devrez construire le pays ensemble, que vous le vouliez ou non.
  3. Que faire si la police vient enlever les barricades ? Devons-nous nous battre? Non, non et non. Est-ce vraiment nécessaire de se battre et mourir pour une barricade que tu peux reconstruire le lendemain ou deux heures plus tard ? Laissez-les faire, mais profitez de l’occasion pour les conscientiser sur le besoin de changement. Dois-je vous rappeler que ces policiers sont aussi des burundais comme vous, et que de toute façon, nous devront construire le pays ensemble ? Laissez-les retirer les barricades, ne les huez pas.

Dernier conseil : évitez la confrontation. Ne leur donnez aucun prétexte pour vous tirer dessus. Ils ne pourront pas vous tirer dessus sous prétexte que mwasavy’ijambo.

POUR CONCLURE… 

Pourquoi j’écris cela ? Pour éviter des morts et des dégâts inutiles. On veut tous un changement mais pas par le chaos. J’écris aussi parce que je vous avais promis une vidéo, mais faute de moyens, cela risque de prendre du temps. J’ai donc voulu résumer ce que j’avais à dire dans la vidéo. Je remercie beaucoup Daly Ngarambe de m’avoir aidé à simplifier les concepts de GUSABA IJAMBO.

P.S 1 : Petit rappel, toutes les révolutions ont été une réussite sur trois points essentiels. 1. Les forces de l’ordre refusent d’obéir à un dictateur qui ordonne de tirer sur la population. 2. Une forte mobilisation des citoyens. 3. Les pressions économiques des pays voisins et des puissances étrangères.

P.S. 2 : Aux leaders du mouvement de contestation :

  1. Allez sur le terrain, cela pourrait remonter le moral des citoyens. Sinon, on risque de penser que vous êtes des lâches qui envoient les enfants des autres à l’abattoir. Si vous répondez que vous risquez la mort ou l’emprisonnement, je vous rappelle que ce risque est encouru par toute personne qui a osé se prononcer contre ce mandat. Vous risquez de donner l’impression que votre vie est plus précieuse que celle des autres.
  2. Trouvez un politicien qui remplacera sa majesté. Pour qu’il y ait alternance, il faut trouver un leader qui incarne ce changement. Si le président démissionne qui va le remplacer ? Il faut y penser maintenant pour éviter certains désordres.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.